Services de communication et de trafic maritimes SCTM

 

Avis à la navigation (AVNAV)

Canada central et Arctique

Avis à la navigation pour le Canada central et arctique

Les Avis à la navigation pour le Canada central et l'arctique incluent :

  • Océan Arctique
  • Bassin des Grands Lacs
  • Voie maritime Trent Severn
  • Lac Winnipeg
  • Delta du Mackenzie
  • Fleuve Mackenzie
  • Grand Lac des Esclaves

Avis à la navigation série A et série H

Centre des Services de communications et de trafic maritimes Iqaluit

CP 189
Iqaluit (NU)
X0A 0H0
Téléphone : (867) 979-5269
Télécopieur : (867) 979-4264
Courriell: iqanordreg@innav.gc.ca

Avis à la navigation série C

Centre des Services de communications et de trafic maritimes Prescott

401, rue King Ouest
Prescott (ON)
K0E 1T0

Téléphone : (613) 925-0666
Télécopieur : (613) 925-4519
Courriel: notshipC&A@dfo-mpo.gc.ca

 
Québec

Avis à la navigation Québec

Les Avis à la navigation Québec incluent :

  • DGPS
  • îles de la Madeleine
  • Lac des Deux Montagnes
  • Les Escoumins to Pointe Ouest (Anticosti)
  • SLS / Melocheville to Montreal
  • Pointe Ouest (Anticosti) to Chaleur Bay
  • Pointe Ouest (Anticosti) to Blanc-Sablon
  • Port of Montreal
  • Port of Quebec
  • Port of Trois-Rivieres
  • Quebec to Les Escoumins
  • St. Lawrence
  • Riviere des Prairies
  • Ottawa River
  • Riviere Richelieu
  • Saguenay River
  • Sorel to Trois-Rivieres
  • Trois-Rivieres to Quebec
 
Provinces maritimes

Avis à la navigation des provinces maritimes

Les Avis à la navigation des provinces maritimes incluent :

  • Baie de Chedabucto
  • Baie de Fundy - N.B.
  • Baie de Fundy - N.É
  • Baie de Fundy - Port de Saint-Jean et ses abords
  • Baie de Fundy - Rivière de Saint-Jean
  • Baie de Miramichi et rivière
  • Baie des Chaleurs
  • Côte Est - N.É.
  • Côté Sud-Est - N.É.
  • Côté Sud-Ouest - N.É.
  • Détroit de Cabot
  • Détroit de Canso
  • Détroit de Northumberland - î.P.É.
  • Détroit de Northumberland - N.B.
  • Détroit de Northumberland - N.B. et î.P.É.
  • Détroit de Northumberland - N.É.
  • Golfe du Saint-Laurent
  • Golfe du Saint-Laurent - î.P.É.
  • Golfe du Saint-Laurent - N.B.
  • î.P.É.
  • île de Sable
  • île du Cap-Breton
  • Installations SCTM - N.É.
  • NAVAREA IV
  • Port de Halifax et ses abords

Centre de Services de communications et trafic maritime à Sydney

1190, rue Westmount
Sydney (Nouvelle-Écosse)
B1R 2J6

Téléphone : (902) 564-7751
Sans frais: 1-800-686-8676
Courriel: NotshipsSyd@dfo-mpo.gc.ca

 
Terre-Neuve-et-Labrador

Avis à la navigation de Terre-Neuve-et-Labrador

Les Avis à la navigation pour Terre-Neuve-et-Labrador incluent :

  • Atlantique Nord-Ouest
  • Banc de l'île Funk
  • Côte du Labrador
  • Côte du Labrador-Sud
  • Côte Est
  • Côte Est - Nord Est
  • Côte Nord-Est
  • Côte Ouest
  • Côte Sud
  • Côte Sud-Ouest
  • Côte Sud/Sud-Ouest
  • Détroit de Belle Isle
  • Grands Bancs
  • Grands Bancs Nord
  • Grands Bancs Sud-Est
  • Grands Bancs Sud-Ouest
  • Labrador
  • Péninsule du Nord

Centre de Services de communications et trafic maritimes à Port aux Basques

CP 99
49, rue Stadium
Port aux Basques (T.-N.-L.)
A0M 1C0

Téléphone : (709) 695-2168
Télécopieur : (709) 695-3833
Courriel: notshippax@dfo-mpo.gc.ca

Au sujet des Avis à la navigation

Avis à la Navigation

Avis à la Navigation (AVNAV) sont des avis touchant des aides à la navigation défectueuses ou des modifications apportées à celles-ci, les zones de pêche, des exercices militaires, des activités de dragage ou d'autres dangers pour la navigation. Les avis contiennent des renseignements destinés à tous les navigateurs et visent à communiquer des renseignements pertinents aux membres du milieu de la navigation, notamment des renseignements sur les dangers et les activités courantes.

Avis à la navigation radiodiffusés

Les Avis à la navigation radiodiffusés consistent en communiqués urgents, diffusés par l'intermédiaire des centres des Services de communication et de trafic maritimes (SCTM), le cas échéant. Les avis traitent de l'établissement, de l'état ou de la modification de l'état d'installations maritimes, de services, de procédures ou de dangers; ils sont communiqués immédiatement aux navigateurs et au public et demeurent en vigueur pendant une période déterminée par les responsables du CRRM ou jusqu'à ce que la situation fasse l'objet d'un AVNAV écrit ou d'un avis aux navigateurs.

Avis à la navigation écrits

Les Avis à la navigation écrits contiennent des renseignements qui demeureront vraisemblablement en vigueur pendant une période prolongée, déterminée par les responsables du CRRM. Les avis ont d'abord été diffusés intégralement pendant 48 heures, puis inscrits pendant cinq jours sur une liste d'AVNAV en vigueur, qui précise le numéro des AVNAV et fournit une courte description de chacun.

Aides radio à la navigation maritime (ARNM) 2016

ARNM 2016 - Atlantique, Saint-Laurent, Grands Lacs, lac Winnipeg et Arctique
ARNM 2016 - Pacifique et Arctique

 

Au sujet des ARNM

Aides radio à la navigation maritime (ARNM) a pour but de présenter, sous un format pratique, des renseignements sur les services de radiocommunications et d’aides radio à la navigation assurés au Canada par la Garde côtière canadienne ainsi que sur les installations radio d’autres organismes du gouvernement qui contribuent à assurer la sécurité des navires dans les eaux canadiennes.

La publication ARNM se présente en deux volumes qui couvrent respectivement: la côte Atlantique, le golfe du Saint-Laurent et le fleuve Saint-Laurent jusqu'à Montréal, l'est de l'Arctique (y compris la baie et le détroit d'Hudson), les Grands Lacs (y compris le fleuve Saint-Laurent jusqu'à Montréal) et le lac Winnipeg; l'autre volume couvre la côte Pacifique, l'ouest de l'Arctique et le bassin du Mackenzie et de l'Athabasca. Chaque volume est également disponible en anglais.

ARMN est une publication annuelle, cependant, les mises à jour mensuelles du document se produisent selon les besoins.  Elles sont communiquées par l’entremise des Avis à la navigation (AVNAV) (radiodiffusés) et/ou par les Avis aux navigateurs à la partie 3.

Toute station radio installée à bord d’un navire canadien, ou à bord d’un navire non canadien se livrant au cabotage au Canada, conformément au Règlement de 1999 sur les stations de navires (radio), et à bord tous les navires qui se trouvent en eaux de compétence canadienne en vertu du Règlement sur les cartes marines et les publications nautiques (1995), doivent avoir à bord leur navire, l’édition la plus récente de la publication Aides radio à la navigation maritime.

Faites parvenir au bureau régional le plus proche, tel qu’indiqué à la fin de la partie 1 d’Aides radio à la navigation (ARNM), toute demande de renseignements au sujet du contenu de la présente publication ou lui signaler les erreurs et/ou les omissions.

 

Acceptation des publications nautiques en formes électroniques au Canada - Transport Canada

Licence d'information ouverte

 

 

Système mondial de détresse et de sécurité en mer (SMDSM)

Information sur le SMDSM à l'intention des navires de sauvegarde de la vie humaine en mer (SOLAS), des pêcheurs et des plaisanciers.
 

Le SMDSM

Le système mondial de détresse et de sécurité en mer (SMDSM) est un système international qui utilise les toutes dernières technologies de communication par voie terrestre et par satellite ainsi que les systèmes de radiocommunication des navires. Grâce au SMDSM, dès qu'une situation d'urgence se présente, les responsables à terre des communications et du sauvetage, de même que les navires des environs immédiats, sont alertés rapidement. Enfin, ce système améliore les chances de localiser les survivants.

Le SMDSM a été développé par l'Organisation maritime internationale (OMI) et il représente un changement majeur au chapitre des communications maritimes en matière de sécurité. Outre le fait qu'il soit obligatoire pour tous les navires régis par la Convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer (SOLAS) de charge de 300 tonnes de jauge brute ou plus et tout navire à passagers suivant un itinéraire international - le SMDSM aura une incidence sur tous les navires dotés d'une radio, peu importe leur jaugeage. Le SMDSM entra en service à l'échelle mondiale le 1er février 1999.

 

Raison d'être du SMDSM

La raison d'être du SMDSM est de SAUVER DES VIES par la modernisation et le perfectionnement des systèmes de radiocommunication actuels. En ayant recours à la technologie de l'appel sélectif numérique et au satellite, le SMDSM constitue un système d'alerte en cas de détresse des plus efficaces. Les améliorations qu'il apporte, par rapport au système actuel, sont les suivantes:

  • possibilité accrue qu'une alerte soit donnée lorsqu'un navire est en détresse;
  • augmentation des probabilités que l'alerte soit captée;
  • augmentation des chances de localiser les survivants;
  • amélioration de la coordination et des communications relatives aux opérations de sauvetage;
  • accessibilité des navigateurs à des renseignement essentiels sur la sécurité maritime.

Matériel relatif au SMDSM

Appel sélectif numérique

La radio marine que l'on connaît (VHF/MF/HF) a été améliorée par l'ajout d'un nouvel outil appelé «appel sélectif numérique», ou ASN, Grâce à l'ASN , la veille auditive des canaux de communication et de détresse que doivent assurer les navires est désormais automatisée. À cette fin, le récepteur ASN ne répondra qu'aux numéros d'identification du service mobile maritime (qui est l'équivalent du numéro de téléphone ou aux appels à tous les navires. Une fois le contact établi par le système ASN, la communication pourra se poursuivre de vive voix sur une autre fréquence.

Communications par satellite

Le réseau de communications par satellites Inmarsat couvre toutes les parties du globe, à l'exception des régions polaires. Dans les régions qui ne sont pas pourvues d'installations côtières ASN VHF ou MF, les terminaux Inmarsat A, B ou C serviront à donner l'alerte en cas de détresse et à assurer la communication entre le navire et la côte. Le réseau Inmarsat constitue aussi un moyen efficace pour acheminer des appels de détresse aux responsables de la recherche et du sauvetage (SAR).

Radiobalises de localisation des sinistres

Le SMDSM utilise le réseau de satellites COSPAS-SARSAT qui assure la détection des radiobalises de localisation des sinistres (RLS) de 406 MHZ à l'échelle mondiale. Ces petites radiobalises portatives flottantes peuvent émettre efficacement un signal d'alerte depuis n'importe quel endroit sur la planète. Depuis 1989, des radiobalises de localisation des sinistres à dégagement libre (catégorie 1) doivent équiper la plupart des navires. Il convient de noter que les propriétaires de navires doivent enregistrer les radiobalises dans la base de données nationale sur les balises (1-800-727-9414).

 

406 MHz COSPAS/SARSAT EPIRB
406 MHz COSPAS/SARSAT EPIRB

SART dots on radar screen

SART dots on radar screen

Examples of SARTs

Examples of SARTs

 

Transpondeurs de recherche et sauvetage

Les transpondeurs de recherche et sauvetage (SART) sont des transpondeurs radars portatifs qui facilitent la localisation des survivants d'une navire en détresse après que ceux-ci ont lancé un appel à l'aide. Comme ces appareils sont détectés par les radars, ils utilisent la même plage de fréquences que les radars qui équipent la plupart des navires. Les transpondeurs émettent un signal lorsqu'ils reçoivent un signal radar et sont représentés, sur l'écran radar des navires, par une série de points indiquant avec précision leur position. Enfin, lorsque le navire doit être abandonné, les transpondeurs peuvent être transférés à bord de l'embarcation de sauvetage.

 

Information de sécurité en mer

L'information de sécurité en mer qui est diffusée, notamment les alertes en cas de détresse, l'information SAR, les alertes météorologiques et les avis à la navigation ainsi que les prévisions météorologiques, peut être reçue de trois manières différentes au moyen du SMDSM:

  • par des récepteurs NAVTEX entièrement automatisés, qui captent des signaux, dans le zones côtières, jusqu'à une distance de 300 milles marin de la côte;
  • par les postes Inmarsat-C, qui captent des appels dé groupe améliorés - (EGC) réseau de sécurité (SafetyNet) - dans les zones non couvertes par les système NAVTEX;
  • par des récepteurs, à bande étroite et à impression directe (NBDP), qui peuvent être utilisés lorsque ce service remplace le service EGC.

Zones maritimes du SMDSM

Bien que la transmission des alertes entre les navires soit encore une fonction importante du SMDSM, l'accent est mis sur la communication bidirectionnelle entre les navires et les installations côtières. Tous les navires SMDSM doivent être en mesure de communiquer avec la côte et de transmettre un appel de détresse par deux moyens différents. Il est à noter que l'équipement installé sur ces navires sera fonction de la zone dans laquelle ils évoluent et des services de communication à terre offerts.

Le SMDSM définit quatre types de «zones maritimes».

  • Couverte par les stations côtières ASN VHF (40 milles marins)
  • Couvert par les stations côtières ASN MF, à l'exclusions de la zone A1 (150 milles marins)
  • Couverte par un satellite géostationnaire Inmarsat, à L'exclusion des zones A1 et A2 (du 70º parallèle nord au 70º parallèle sud environ)
  • Zones autres que les zones A1, A2, et A3 (réions polaires)

Zones maritimes canadiennes

À la suite de consultations tenues avec l'industrie maritime du Canada, il a été décidé de répartir les zones maritimes canadiennes comme suit: zone A1 pour les côtes Est et Ouest, zone A3 large de celles-ci et zone A4 pour l'Arctique.

Canada Map

 

 

Communications entre les navires SMDSM et les autres navires

Les navires SMDSM assuront une veille automatisée aux fréquences 70 et 2187.5 des plages ASN VHF et MF respectivement. Toutefois, pendant la période d'implantation du SMDSM, les navires pourvus d'équipement radio classique non compatible avec le SMDSM éprouveront certaines difficultés à alerter les navires SMDSM ou à communiquer avec ces derniers. Pour parer à toute éventualité, la Garde côtière assurera une écoute à la fois des fréquences SMDSM et des fréquences d'alerte habituelles pendant la période de transition. Même si l'OMI étudie la date définitive d'arrêt de la veille à la fréquence VHF 16 que doivent assurer les navires régis par la SOLAS, tous les navires devraient être dotés d'équipement ASN VHF le plus rapidement possible afin de réduire au minimum la durée de la période de transition.

 

Centre de services de communications et de trafic maritimes (SCTM) de la Garde côtière canadienne

Pour faciliter la transition au SMDSM et pour combler les lacunes en matière de communications entre les deux systèmes, les centres SCTM de la Garde côtière canadienne (GCC) poursuivront jusqu'au l'avenir prévisible la veille sur les fréquences VHF 16 et MF 2182, qui sont les canaux actuels de détresse et de sécurité. Lorsque les zones maritimes canadiennes seront toutes en vigueur que de l'équipement ASN moins coûteux sera offert sur le marché et que l'on aura déterminé que ce service n'est plus nécessaire. La GCC cessera ses activités de veille sur les anciennes fréquences.

Pour compléter la diffusion de l'information sur la sécurité maritime sur les réseaux NAVTEX et Inmarsat EGC, les centres SCTM continueront de diffuser ce genre d'information sur les réseaux maritimes VHF actuels.

 

Centres conjoints de coordination des opérations de sauvetage (JRCC) et centres secondaires de sauvetage maritime (MRSC)

Les JRCC et les MRSC canadiens continueront de capter les appels de détresse transmis par les navires et relayés par les SCTM ou des satellites, Lorsqu'un appel de détresse SMDSM est reçu, le centre doit diffuser un appel à tous les navires afin que ceux qui se trouvent dans les environs immédiats soient alertés et puissent intervenir. Les responsables des opérations de recherche et de sauvetage pourront de leur côté dépêcher des aéronefs et des navires sur les lieux. Si un appel de détresse est envoyé par erreur, le centre SCTM de la Garde côtière ou le JRCC/MRSC devront en être avisés immédiatement afin de pouvoir arrêter les opérations.

 

Pour obtenir de plus amples renseignement, communiquer avec:

Transports Canada -Bureaux régionaux Sécurité maritime Les centres de services de communications et de trafic maritimes

 

 

Les centres de Services de communication et de trafic maritimes (SCTM) au Canada

Qu'est-ce qu'un centre de Services de communication et de trafic maritimes?

Les centres des Services de communication et de trafic maritimes de la Garde côtière canadienne assurent une surveillance des appels de détresse et de sécurité et coordonnent les réponses, diffusent de l'information sur la sécurité maritime (avertissements en matière de conditions météorologiques et de navigation), procèdent au dépistage des navires entrant dans les eaux canadiennes, fournissent des renseignements et des conseils pour réglementer le trafic maritime et prennent les mesures adéquates pour assurer la sécurité et l'efficacité des déplacements des navires dans les eaux canadiennes.

Pourquoi la Garde côtière canadienne modernise-t-elle son infrastructure?

La Garde côtière canadienne modernise et investit dans ses centres de Services de communication et de trafic maritimes à travers le Canada pour tirer profit des innovations technologiques de pointe afin de fournir des Services de communication et de trafic maritimes à des endroits stratégiques partout au pays. La modernisation des centres des Services de communication et de trafic maritimes renforcera l'efficacité opérationnelle de leurs services. L'équipement sera plus fiable, les interruptions de service seront réduites et la couverture restera identique à celle d'aujourd'hui, car le réseau des tours radio et des installations radar du Canada ne changera pas.

Regardez cette vidéo expliquant les avantages de cette initiative pour les navigateurs :

Version accessible du vidéo et de la transcription

Questions et réponses sur les centres de Services de communication et de trafic maritimes (SCTM)

Pourquoi est-ce que la Garde côtière canadienne se modernise?

Pourquoi est-ce que la Garde côtière canadienne se modernise?

Le gouvernement du Canada investit dans les infrastructures de la Garde côtière pour profiter des dernières innovations technologiques du moment et pouvoir ainsi fournir des Services de communication et de trafic maritimes dans des endroits stratégiques partout au pays.

Les Canadiens et les Canadiennes qui dépendent des services de la Garde côtière canadienne continueront à recevoir des services de qualité élevée auxquels ils s’attendent désormais. La Garde côtière canadienne a investi dans ses infrastructures pendant des années, en vue de fournir des services de sécurité aux navigateurs.

Quels sont les services que les centres de SCTM fournissent?

Quels sont les services que les centres de SCTM fournissent?

Les centres des SCTM s'occupent avant tout de surveiller les fréquences radio ou les autres circuits de détresse et de sécurité, de diffuser des renseignements et de surveiller le trafic maritime. Ces services consistent, entre autres, à assurer la communication de détresse et les radiocommunications générales en mer, la diffusion de renseignements sur la sécurité maritime, le contrôle des navires entrant dans les eaux canadiennes, la réglementation du trafic maritime dans certaines étendues d’eau canadiennes, ainsi que le partage de renseignements maritimes avec d’autres ministères et organismes du gouvernement fédéral.

Comment des technologies modernisées, installées dans les centres de SCTM, peuvent améliorer les services?

Comment des technologies modernisées, installées dans les centres de SCTM, peuvent améliorer les services?

Le gouvernement du Canada investit dans l'infrastructure de la Garde côtière pour tirer profit des innovations technologiques de dernier cri afin de fournir des Services de communication et de trafic maritimes (SCTM) à des endroits stratégiques partout au pays.

La modernisation des centres des SCTM renforcera l’efficacité opérationnelle des services et réduira les interruptions de service. Leur couverture restera identique, car le réseau des tours radio et des installations radar du pays ne changera pas.

Les centres, mieux reliés et équipés d’une technologie de pointe, offriront des services améliorés et plus fiables.

La nouvelle application texte-voix traduit les textes, tels que les bulletins météorologiques, et les transmet à la radio, permettant ainsi aux employés de ne plus avoir à enregistrer les messages, et leur permettant surtout de mieux se concentrer sur les services de sécurité offerts aux navigateurs.

La nouvelle technologie, installée dans 12 centres des SCTM tout récemment modernisés, offre une flexibilité accrue, une capacité opérationnelle élevée et une radiodiffusion plus étendue. Elle offre la possibilité d'une expansion future et peut facilement s’adapter aux tendances technologiques à venir.

Pourquoi les centres de SCTM sont-ils modernisés à cette période de l'année?

Pourquoi les centres de SCTM sont-ils modernisés à cette période de l'année?

Le regroupement des centres de Services de communication et de trafic maritimes n’est pas nouveau; en réalité, la Garde côtière a amélioré la capacité de ces centres au cours des 30 dernières années en utilisant une technologie, moderne et plus efficace, pour la radiodiffusion et la navigation moderne, intégrant les services dans quelques-uns de ses centres de SCTM. À titre d’exemple, dans les années 1990, la Garde côtière a utilisé une nouvelle technologie, qui a contribué à réduire le nombre de centres de 44 à 22.

Ce projet de modernisation a été pour la première fois annoncé en 2011 et reflète les efforts continus du gouvernement du Canada et de la Garde côtière canadienne, visant à améliorer les services offerts aux navigateurs.

Comment savez-vous que la nouvelle technologie fonctionne de façon adéquate?

Comment savez-vous que la nouvelle technologie fonctionne de façon adéquate?

La GCC est convaincue de la bonne capacité opérationnelle de cette nouvelle technologie et compte procéder par échelonnement pour moderniser et regrouper les centres des SCTM partout au pays.

La GCC a passé avec succès les tests rigoureux à la fois du Système de diffusion maritime continue (DMC), qui fournit aux navigateurs des bulletins météorologiques maritimes diffusés par synthèse texte-voix, et du Système de commande de télécommunications. Les systèmes sont pleinement opérationnels et prêts à être installés en vue de moderniser des centres des SCTM spécifiques.

Qu’arrivera-t-il entre le moment où l’ancien système sera mis hors service et le moment où le nouveau système sera mis en service?

Qu’arrivera-t-il entre le moment où l’ancien système sera mis hors service et le moment où le nouveau système sera mis en service?

La transition s'effectuera sans interruption. Les systèmes existants resteront en place jusqu’à ce que les nouveaux systèmes entrent en service. Il n’y aura aucun changement dans les services des SCTM offerts aux navigateurs. 

Pourquoi est-ce que les centres de SCTM sont modernisés à des dates différentes?

Pourquoi est-ce que les centres de SCTM sont modernisés à des dates différentes?

Un calendrier de mise en œuvre progressive a été établi afin de s’assurer que la transition s’effectue sans heurts à chaque étape de modernisation et de regroupement.

La GCC évaluera et confirmera soigneusement que les systèmes sont parfaitement opérationnels dans chacun des centres avant que les nouveaux systèmes soient mis en service.

La GCC prévoit que les centres seront entièrement modernisés environ un mois après l’installation de la nouvelle technologie à chaque centre.

Région de l'Ouest 

Le centre des Services de communication et de trafic maritimes (SCTM) coordonne les communications de sécurité maritime avec le centre conjoint de coordination de sauvetage, à Victoria. Les centres des SCTM offrent des services de trafic maritime et gèrent les voies navigables, diffusent des renseignements météorologiques et des renseignements sur la sécurité et fournissent des services de plan de navigation, en plus d'une assistance aux autres ministères et aux agences de la marine.

La Garde côtière canadienne, région de l'Ouest, exploite trois zones de services de trafic maritime : Vancouver, Tofino et Prince Rupert. La zone Vancouver comprend les eaux de la pointe nord de l'île de Vancouver, dans le passage intérieur et le golfe de Géorgie à Victoria. La zone Vancouver est divisé en quatre secteurs, gérés par les SCTM de Victoria, tandis que la côte ouest de l'île de Vancouver et de la côte centrale et le nord est géré par Prince Rupert.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les Services de communication et de trafic maritimes dans la région de l'Ouest, veuillez communiquer avec :

Bureau régional des SCTM

Garde côtière canadienne, Région de l'Ouest
Base de la Garde côtière de Victoria
25 rue Huron
Victoria BC  V8V 4V9

Téléphone : 250-363-8904

Courriel : mcts@pac.dfo-mpo.gc.ca (Renseignements généraux)

Service conjoint du trafic maritime (CVTS)

La garde côtière des États-Unis gère le système du STM de Puget Sound, Seattle Traffic, de Seattle, dans l'État de Washington. Le Canada et les États-Unis sont liés par un accord relatif au service conjoint du trafic maritime (CVTS). En vertu de l'accord, le service du trafic de Prince Rupert est responsable du STM à l'approche du détroit de Juan de Fuca par la mer et sur la côte de l'État de Washington, à partir du 48e parallèle nord. Le service du trafic de Seattle gère le STM dans les zones canadienne et américaine du détroit de Juan de Fuca, et le service du trafic de Victoria assure le STM dans les zones canadiennes et américaines du Détroit de Haro, de Boundary Passage et de la partie inférieure des détroits de Georgia.

Durant un voyage typique du Japon à Vancouver, un navire de charge bénéficie de nombreux services du STM. Il obtient une autorisation de « CVTS Offshore ». Lorsque le navire de charge se trouve à moins de 12 milles marins de l'île de Vancouver, le service de trafic de Prince Rupert communique avec le navire par l'intermédiaire d'une de plusieurs stations radio VHF éloignées et surveille sa progression par radar jusque dans le détroit de Juan de Fuca. Le service de trafic de Seattle surveille le mouvement du navire à l'aide de quatre radars, lorsqu'il traverse le détroit de Juan de Fuca. Durant les six dernières heures du voyage, le navire est surveillé par le service de trafic de Victoria, à l'aide de cinq emplacements radar et stations radio VHF éloignées.

Pour de plus amples renseignements, consultez le site Web du Service conjoint du trafic maritime.

Zones d'essais d'armes du MDN Whiskey Golf

Zones d'essais et d'exercices maritimes des Forces canadiennes (W.G.)

Les zones d'exercices et d'essais maritimes des Forces canadiennes, situées dans le détroit de Georgia, servent aux essais de systèmes de navires et de torpilles. Aucun explosif n'est utilisé; cependant, il existe un risque, puisque les navires peuvent être atteints par une torpille désamorcée qui monte à la surface.

La zone « WG » constitue un « établissement de défense » tel que défini dans la Loi sur la défense nationale, et auquel s'applique le Règlement sur les secteurs d'accès contrôlé relatif à la défense.

La zone en question, désignée zone « WG » (whisky golf) est indiquée clairement sur les cartes nos 3512 et 3459 du Service hydrographique du Canada. 

Pour de plus amples renseignements sur les heures d'essais actifs, consultez les services suivants :

  • Système de diffusion maritime continue WX1 et Canal 21B VHF (écoute uniquement)
  • Centre de services de communications et de trafic maritimes (SCTM) de Victoria
  • Station de contrôle île Winchelseas - canal 10 ou 16 VHF
  • Avis à la navigation

Étant donné la multitude de demandes provenant de navires (parfois à des intervalles de quelques minutes seulement), on demande aux navigateurs qui s'approchent de la zone « WG » et qui veulent savoir si des essais actifs s'y déroulent ou non à écouter ce canal avant d'appeler.

VHF/DSC Identités dans le service mobile maritime (ISMM) - Industrie Canada

Guide de météo marine - Côte du Pacifique - Environnement Canada

Les sites contrôlés à distance peuvent inclure : des sites d'émetteurs, des sites de réception, des radars, des caméras, des systèmes de micro-ondes, des antennes satellites, et divers autres équipements.

Réseau des SCTM - Région de l'Ouest

Réseau des SCTM - Région de l'Ouest

 
Prince Rupert

Centre des SCTM Prince Rupert

Centre de Services de communications et de trafic maritime à Prince Rupert.

Centre de Services de communications et de trafic maritime à Prince Rupert avant la modernisation.

La station radio de Prince Rupert a ouvert ses portes en 1911. On installa un câble qui reliait l'île à la terre ferme, et une ligne terrestre fut établie le long des poteaux de Grand Truck jusqu'à la ville de Prince Rupert. L'ouverture de la station de Prince Rupert marquait la fin de l'installation d'une chaîne de communication, qui s'étendait de Vancouver jusqu'au nord de la Colombie-Britannique. Toute la côte de la province était maintenant couverte. Cette chaîne de stations était le seul moyen de communiquer avec les îles de la Reine-Charlotte, en plus d'offrir des services de communication aux stations commerciales opérées par des propriétaires, des usines de mise en conserve et des moulins à papier.

La station couvrait l'entrée du port de Prince Rupert ainsi que les eaux environnantes de l'île Digby.

Le 8 janvier 1924, une partie du quai de quarantaine s'est effondrée durant une violente tempête, et le câble télégraphique jusqu'à Prince Rupert a été sectionné. Le câble était irréparable. Des communications sans fil temporaires ont été mises en place avec Prince Rupert, grâce à l'installation d'une petite radio à lampe dans le bureau de poste du centre-ville.

La station est demeurée sur l'île Digby jusqu'en 1967, où ses services ont été combinés à ceux de la station radio de Prince Rupert. En 1981, les communications maritimes ont été transférées à Seal Cove.

À l'instar de plusieurs autres centres à travers le pays, le centre des SCTM de Prince Rupert a vu l'amalgamation des services radio et de trafic maritime se faire en 1996. De nouvelles consoles furent dessinées et installées afin de pouvoir effectuer les fonctions radio et du Service du trafic maritime simultanément, faisant du fonctionnement multitâche une une réalité. Le centre des SCTM de Prince Rupert contrôle les sites de la pointe Hunter, du bras Barry, du bras de mer Rose, de Cumshewa, de l'île Dundas, de Kitimat, de Klemtu, du mont Dent, du mont Gil, du mont Hays, du havre Naden, de l'île Calvert, de l'île Digby et du bras de mer Van.

Au printemps 2015, les SCTM de Tofino ont été regroupés avec ceux de Prince Rupert. Un radar a été installé sur le mont Ozzard pour couvrir l'accès à l'entrée de Juan de Fuca et les sites de communication de côte ouest de l'île de Vancouver.

Coordonnées du centre des SCTM de Prince Rupert :

  • Superviseur des opérations des SCTM : 250-627-3070
  • Urgences maritimes sur téléphone cellulaire : *16
  • Officier responsable : 250-627-3077 
  • Radiodiffusion maritime continue – Sud : 250-726-3415
  • Radiodiffusion maritime continue – Nord : 250-624-9009
  • Télécopieur : 250-624-9075
  • Courriel : supervisor.rupert@innav.gc.ca
  • Numéro d'identification du service maritime mobile : 003160013

Pour connaître les calendriers des diffusions et des communications navire-terre de Prince Rupert (VAJ), reportez-vous à la publication de la Garde côtière canadienne, Aides radio à la navigation maritime (ARNM) Pacifique et Arctique de l'Ouest

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le centre des SCTM de Prince Rupert, veuillez vous adresser à :

Garde côtière canadienne
Officier responsable – Opérations des SCTM
Centre des SCTM de Prince Rupert
Sac postal 4444
Prince Rupert (C.-B.) V8J 4K2

SCTM Prince Rupert - Services de sécurité

Réseau des SCTM - Région de l'ouest
 
Victoria

Centre des SCTM de Victoria

Le centre des SCTM de Victoria est le plus récent du Canada; ses postes opérationnels étaient auparavant rattachés au centre des Services de communication et de trafic maritimes de Vancouver. Avant 1997, le centre des SCTM de Vancouver regroupait la radio de la Garde côtière de Vancouver et le service de trafic de Vancouver, auparavant installés, respectivement, dans le terminal aérien sud de Vancouver et dans le bâtiment Kapilano 100, à West Vancouver. Le centre des SCTM deVictoria s'est séparé sur le plan opérationnel du centre des SCTM de Vancouver en 1997, avant d'emménager dans ses locaux actuels, dans la baie Patricia, près de Victoria, le 15 décembre 1999.

Situé dans les installations de recherche et de maintenance de Pêches et Océans Canada, dans la baie Patricia, sur l'île de Vancouver, le centre des SCTM de Victoria offre des services de radio de la Garde côtière et couvre le trafic maritime jusque dans les eaux intérieures du sud de la Colombie-Britannique, plus précisément dans toutes les eaux situées entre le détroit Juan de Fuca, au sud, et Île Pine, au nord.

La couverture radar est par ailleurs complète sur toutes les voies navigables principales. En raison de la topographie des lieux, certaines zones des eaux intérieures des îles Gulf et du fleuve Fraser sont néanmoins dans l'angle mort du radar. La totalité de la couverture de communication est fournie par cinq sites éloignés, établis sur l'île Bowen, sur l'île Annacis, sur le mont Parke, le mont Newton et le mont Helmcken. La couverture radio se fait depuis quatre sites éloignés, installés avec les sites de communication sur l'île Bowen, le mont Parke, le mont Newton et le mont Helmcken.

SCTM Victoria

À l'exception des communications de moyenne et de haute fréquence et de NAVTEX, le centre des SCTM de Victoria offre aux navigateurs la plupart des services fournis par les SCTM de Pêches et Océans Canada et de la Garde côtière canadienne.

Située entre la ligne de côte des basses-terres continentales de la Colombie-Britannique et l'île de Vancouver, la zone de responsabilité des SCTM de Victoria présente la plus forte concentration de petites embarcations de plaisance du Canada, et donc la plus grande part d'opérations de recherche et de sauvetage du pays. Du point de vue du Service du trafic maritime, tous les navires à fort tirant d'eau entrant et sortant de Vancouver et tous les remorqueurs avec navire remorqué et les caboteurs commerçant avec les états de Washington et de l'Alaska doivent traverser les eaux réglementées par les officiers du centre des SCTM de Victoria. Tous ces facteurs, associés au commerce local, démontrent que ce centre présente la plus forte circulation maritime au pays.

Coordonnées du centre des SCTM de Victoria :

  • Superviseur des opérations des SCTM : 250-363-6333 
  • Urgences maritimes sur téléphone cellulaire : *16
  • Officier responsable : 250-363-6818 
  • Radiodiffusion maritime continue – Mont Helmcken : 250-363-6880
  • Radiodiffusion maritime continue – Île Bowen/mont Parke : 250-363-6492
  • Radiodiffusion maritime continue – Île Bowen/mont Parke : 604-666-3655
  • Radiodiffusion maritime continue  Secteur centre de l'île : 250-339-0748 
  • Radiodiffusion maritime continue – Secteur nord de l'île : 250-974-5305
  • Télécopieur : 250-363-6556
  • Courriel : mctsvictoria@pac.dfo-mpo.gc.ca 
  • Numéro d'identification du service maritime mobile : 003160011

Pour connaître les calendriers des diffusions et des communications navire-terre de Victoria (VAK), reportez-vous à la publication de la Garde côtière canadienne, Aides radio à la navigation maritime (ARNM) Pacifique et Arctique de l'Ouest

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le centre des SCTM de Victoria, veuillez vous adresser à :

Garde côtière canadienne
Officier responsable – Opérations des SCTM
Centre des SCTM de Victoria
Institut des sciences de la mer
9860, West Saanich Road
C. P. 6000
Sidney (C.-B.)  V8L 4B2

SCTM Victoria - Services de sécurité

Carte montrant les eaux couvert par les services de sécurité des SCTM
 

Région du Centre et de l'Arctique 

La Région du Centre et de l'Arctique comprend une vaste zone de responsabilité, qui englobe les eaux canadiennes de l'Arctique, le bassin de l'Athabasca et du Mackenzie, la baie d'Hudson, le lac Winnipeg, le bassin des Grands Lacs et la voie maritime du Saint-Laurent.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les Services de communication et de trafic maritimes dans la Région du Centre et de l'Arctique, veuillez communiquer avec :

Garde côtière canadienne
Région du Centre et de l'Arctique
101, boulevard Champlain
Québec (QC)
G1K 7Y7

Zone de responsabilité (Est) - Avant le regroupement

Zone de responsabilité (Est) - Après le regroupement

 

Zone de responsabilité Arctique - Avant le regroupement 

Zone de responsabilité Arctique - Après le regroupement

 

Les sites contrôlés à distance peuvent inclure : des sites d'émetteurs, des sites de réception, des radars, des caméras, des systèmes de micro-ondes, des antennes satellites, et divers autres équipements.

Zone de responsabilité (Ouest) - Avant le regroupement

Zone de responsabilité (Ouest) - Après le regroupement

 

Les sites contrôlés à distance peuvent inclure : des sites d'émetteurs, des sites de réception, des radars, des caméras, des systèmes de micro-ondes, des antennes satellites, et divers autres équipements.

Iqaluit

Centre des SCTM d'Iqaluit 

Situé sur l'île de Baffin, à l'extrémité nord du bras Koojesse (baie Frobisher), le centre des SCTM d'Iqaluit est responsable d'une zone englobant les eaux navigables canadiennes de l'Arctique et les eaux du détroit d'Hudson, de la baie d'Hudson, de la baie James et du bassin de l'Athabasca et du Mackenzie.  La couverture radio à moyenne fréquence, à haute fréquence et à très haute fréquence est assurée par onze sites d'émission et de réception contrôlés à distance.  Le centre fonctionne de façon saisonnière et emploie du personnel de début mai à fin décembre, chaque année.

Le centre des SCTM d'Iqaluit applique le Règlement sur la zone de services de trafic maritime du Nord canadien (NORDREG) pendant sa saison opérationnelle.  Lorsque le centre est fermé pendant les mois d'hiver, la fonction NORDREG est administrée depuis le centre des SCTM de Prescott.

Pendant sa saison opérationnelle, le centre des SCTM d'Iqaluit fournit le système volontaire consultatif sur la sécurité maritime sur le fleuve Mackenzie aux navires qui circulent sur les eaux du fleuve Mackenzie, depuis l'extrémité ouest du Grand lac des Esclaves jusqu'aux eaux de la baie Kugmallit.

Le centre des SCTM d'Iqaluit transmet des avis à la navigation (AVNAV) de la série « A » en ce qui concerne les renseignements relatifs aux eaux de l'Arctique et aux eaux faisant l'objet du Règlement sur la zone de services de trafic maritime du Nord canadien (NORDREG) et de la série « H » en ce qui concerne les renseignements relatifs aux eaux du bassin de l'Athabasca et du Mackenzie.  Pendant sa saison opérationnelle, le centre fournit le système d'avertissements NAVAREA pour les zones géographiques NAVAREA XVII et XVIII, en retransmettant les avertissements NAVAREA sur l'impression directe à bande étroite (IDBE) de haute fréquence aux zones situées au nord de la couverture de l'empreinte satellite et au-delà de celle-ci.

Coordonnées du centre des SCTM d'Iqaluit :

  • Opérations des SCTM : 867-979-5269
  • Officier responsable : 867-979-5260
  • Télécopieur : 867-979-4264
  • Courriel, NORDREG : iqanordreg@innav.gc.ca (aux environs de la mi-mai à la fin décembre)
  • Télex : 063-15529 NORDREG CDA
  • Numéro d'identification du service maritime mobile : 003160023

Pour connaître les calendriers des diffusions et des communications navire-terre d'Iqaluit (VFF), reportez-vous à la publication de la Garde côtière canadienne, Aides radio à la navigation maritime (ARNM) Atlantique, Grands Lacs, Saint-Laurent, Lac Winnipeg et Arctique ou Pacifique et Arctique.

 

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le centre des SCTM d'Iqaluit, veuillez vous adresser à :

Garde côtière canadienne
Officier responsable – Opérations des SCTM
Centre des SCTM d'Iqaluit/NORDREG CANADA
C.P. 189
Iqaluit (Nunavut)
X0A 0H0

Sarnia

Centre des SCTM de Sarnia

Situé près de la tête de la rivière Sainte-Claire, le centre des SCTM de Sarnia est responsable d'une région qui comprend les eaux du lac Winnipeg au Manitoba, les eaux canadiennes des lacs Supérieur et Huron, les parties occidentale et centrale du lac Érié, le chenal du Nord du lac Huron, la baie Georgienne, le lac Sainte-Claire et les eaux des rivières St. Mary's, Sainte-Claire et Détroit. La couverture radio est assurée par seize (16) sites d'émission et de réception contrôlées à distance couvrant le bassin des Grands Lacs, ainsi que quatre (4) sites d'émission et de réception supplémentaires contrôlées à distance couvrant le lac Winnipeg. Deux sites de réception supplémentaires assurent le service de radiogoniométrie VHF sur la baie Georgienne.

Le centre des SCTM de Sarnia administre le système de rapports obligatoire instauré dans la voie navigable reliant le lac Huron au lac Érié (rivière St. Claire, lac St. Claire et rivière Détroit) en vertu du Règlement sur la sécurité de la navigation dans les rivières St. Claire et Détroit, ainsi qu'un système de rapports sur base volontaire pour les eaux des lacs Huron et Érié (à l'ouest de Long Point).

Le centre des SCTM de Sarnia exploite le réseau d’avertissement et d’alerte (RAA) en ce qui a trait aux événenements qui surviennent dans les eaux de l'Arctique, du Manitoba et du bassin des Grands Lacs. Le RAA est un système de communication qui diffuse des renseignements relatifs aux incidents maritimes dans le but d'assurer une réponse rapide et efficace de la part de divers ministères et organismes provinciaux et fédéraux, des municipalités et d'autres organismes d’intervention.

Coordonnées du centre des SCTM de Sarnia :

  • Superviseur des opérations des SCTM : 519-337-6221 
  • Officier responsable : 519-337-6572 
  • Télécopieur : 519-336-0229 
  • Courriel : Supervisor.Sarnia@innav.gc.ca
  • Numéro d'identification du service maritime mobile : 003160030

Pour connaître les calendriers des diffusions et des communications navire-terre de Sarnia (VBE), reportez-vous à la publication de la GCC, Aides radio à la navigation maritime (ARNM) Atlantique, Grands Lacs, Saint-Laurent, Lac Winnipeg et Arctique

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le centre des SCTM de Sarnia, veuillez vous adresser à :
Garde côtière canadienne
Officier responsable – Opérations des SCTM
Centre des SCTM de Sarnia
Case postale 2778
Sarnia (Ontario)
N7T 7W1

Prescott

Centre des SCTM de Prescott

Le centre des SCTM de Prescott se situe sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, juste à l'ouest du pont international Ogdensburg-Prescott. Le centre des SCTM de Prescott est responsable d'une région qui comprend l'extrémité orientale du lac Érié (à l'est de Long Point), la rivière Niagara, le canal Welland, le lac Ontario et les eaux du fleuve et de la voie maritime du Saint-Laurent situées entre le lac Ontario et la frontière Québec-Ontario, ainsi que les eaux de la voie navigable Rideau et du réseau de canaux Trent (y compris le lac Simcoe). La couverture radio est assurée par huit (8) sites d'émission et de réception contrôlées à distance, ainsi que par un récepteur de radiogoniométrie VHF installé dans un autre site.

Le centre des SCTM de Prescott transmet des avis à la navigation (AVNAV) de la série « C » en ce qui concerne les renseignements relatifs aux eaux du lac Winnipeg et du bassin des Grands Lacs. Le centre est également responsable d'émettre des avertissements concernant une zone de navigation pour les NAVAREA XVII et XVIII, et il administre le système NORDREG de la fin décembre à la mi-mai, lors de la fermeture saisonnière du centre des SCTM d'Iqaluit.

Coordonnées du centre des SCTM de Prescott :

  • Superviseur des opérations des SCTM : 613-925-4471 
  • Officier responsable : 613-925-0618 
  • Bureau responsable des AVNAV : 613-925-0666
  • Télécopieur : 613-925-4519 
  • Courriel, Opérations : vbr@dfo-mpo.gc.ca
  • Courriel, bureau des NAVAREA : navarea17.18@innav.gc.ca
  • Courriel, bureau responsable des AVNAV : NotshipC&A@dfo-mpo.gc.ca
  • Courriel, NORDREG : iqanordreg@innav.gc.ca (de la fin décembre aux environs de la mi-mai)
  • Numéro d'identification du service maritime mobile : 003160029

Pour connaître les calendriers des diffusions et des communications navire-terre de Prescott (VBR), reportez-vous à la publication de la GCC, Aides radio à la navigation maritime (ARNM) Atlantique et Ouest de l'Arctique

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le centre des SCTM de Prescott, veuillez vous adresser à :

Garde côtière canadienne
Officier responsable – Opérations des SCTM
Centre des SCTM de Prescott
C.P. 1000
401, rue King Ouest
Prescott (ON)
K0E 1T0

Québec

Centre des SCTM de Québec

Situé dans le port de Québec, le centre des SCTM de Québec couvre les eaux navigables du Saint-Laurent entre l'Île Blanche et la voie maritime du Saint-Laurent. Il sert également une importante clientèle de plaisanciers qui circulent dans les eaux des rivières des Outaouais, des Prairies, des Mille-Îles et Richelieu, et les lacs Saint-Louis, Saint-François, des Deux Montagnes ainsi que du fleuve Saint-Laurent.

Une couverture très haute fréquence (VHF) est assurée à partir de dix (10) sites VHF.

Trois sites radars situés au port de Québec, à l’Île-Charron et sous le pont Jacques Cartier permettent au personnel du centre de Québec de suivre le mouvement des navires.

Le centre est aussi responsable de l’application des normes de dégagement sous-quille dans les secteurs de la traverse du Nord de l’Île d’Orléans et en amont du port de Québec jusqu’à Montréal. L’établissement de moments propices aux passages (fenêtres de passage) permet aux navires à fort tirant d’eau de transiter en toute sécurité à la faveur des marées.

Le centre SCTM de Québec exploite le Réseau d'alerte et d'avertissement (RAA) dans la Région du Québec. Le RAA est un système de communications qui permet, en cas d’incidents maritimes, une intervention rapide, efficace et concertée des différents intervenants du milieu maritime du Québec : ministères et organismes fédéraux et provinciaux, municipalités, organisations de secours, industrie maritime, etc.

 


Pour rejoindre le centre des SCTM de Québec (VCC) :

Opérations
Téléphone : 418-648-4427
Télécopieur : 418-648-7244
Numéro d'ISMM : 00 316 0027

Réseau d'avertissement et d'alerte (RAA)
Sans frais : 1-800-363-4735
Téléphone : 418-648-4366
Télécopieur : 418-648-7244
Courriel : QUERAA1@INNAV.GC.CA

Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec :

Pêches et Océans Canada
Garde côtière canadienne
Officier des opérations des SCTM
101, boul. Champlain
Québec (Québec) G1K 7Y7
Téléphone : 418-648-7459

 
Les Escoumins

Centre des SCTM Les Escoumins

Le centre des SCTM des Escoumins est situé sur la rive nord de fleuve Saint-Laurent aux Escoumins, à environ 24 kilomètres à l'est de l'embouchure de la rivière Saguenay. Il couvre le golfe du Saint-Laurent à partir de la pointe ouest de l'Île d'Anticosti jusqu'à la baie des Chaleurs, y compris les îles de la Madeleine et la Côte-Nord (de Havre-Saint-Pierre à Blanc-Sablon), ainsi que les eaux navigables du fleuve Saint-Laurent jusqu'à l'île Blanche et le fjord du Saguenay, en aval du port de Saguenay. Le centre dispose d'un réseau radio composé de 18 sites VHF, de 3 sites MF, d'une station NAVTEX et d'une station de surveillance radar située à l'Anse aux Basques.

Le centre assure aussi la gestion du trafic dans la zone d'embarquement et de débarquement des pilotes aux Escoumins.

À l'est des Escoumins, les navires sont tenus d’emprunter un dispositif de séparation durant la période de navigation en eau libre de glaces.
En période de navigation dans les glaces, le centre s'assure que les navires obtiennent et suivent, durant leur transit, les routes de glace recommandées.

Ce centre loge le bureau d'avis à la navigation et assure aussi la régulation du trafic maritime (ECAREG) dans la région du golfe du Saint-Laurent.

 

Coordonnées du Centre des SCTM des Escoumins :

Opérations :
Téléphone : 418-233-2194
Télécopieur : 418-233-3299
Numéro d'ISMM : 00 316 0026

Bureau responsable des AVNAV :
Téléphone : 418-233-2308
Télécopieur : 418-233-3299
Courriel : opsavis@dfo-mpo.gc.ca

ECAREG :
Téléphone : 418-233-2194
Télécopieur : 418-233-3299
Courriel : Ecareg.Escoumins@innav.gc.ca

Pour de plus amples renseignements :

Pêches et Océans Canada
Garde côtière canadienne
Officier responsable – Opérations des SCTM
Centre des SCTM des Escoumins
35, rue Otis
LES ESCOUMINS (QUÉBEC) G0T 1K0

Téléphone : 418-233-2854
Télécopieur : 418-233-2017

 

Région de l'Atlantique 

Le secteur de responsabilité de la région de l'Atlantique comprend la baie de Fundy, le sud et l'est du golfe du Saint-Laurent, le détroit de Cabot, le détroit de Belle Isle, ainsi que la partie de la mer du Labrador située au sud du 60° de latitude nord et toutes les eaux côtières et de mer ouverte des eaux canadiennes de l'Atlantique situées au nord de la ligne de la Haye.

Le Centre des SCTM d'Halifax assure les services de contrôle en mer (ECAREG) pour les navires qui prévoient pénétrer en eaux canadiennes à destination d'un port canadien situé sur la côte est, y compris un port canadien ou américain situé dans les Grands Lacs, et ce, afin de s'assurer que les navires se conforment au Règlement sur la zone de services de trafic maritime de l'Est du Canada. Les services d'avis à la navigation (AVNAV) sont assurés par les centres des SCTM de Sydney et de Port aux Basques.

La Région de l'Atlantique de la Garde côtière canadienne administre huit zones du Service du trafic maritime, soit le port d'Halifax et ses approches, la baie de Fundy, le détroit de Canso et les approches de l'est, le détroit de North Humberland, Port aux Basques, Placentia, St. John's et le détroit de Belle Isle.

Les navigateurs sont avertis qu'en raison du regroupement des centres, les coordonnées, les bulletins météorologiques et d'autres radiodiffusions maritimes les concernant pourraient changer. Ces changements seront transmis par les Aides radio à la navigation maritime (ARNM) à mesure qu'ils seront connus. Les navigateurs devraient vérifier chaque mois la partie 3 des AVNAV pour se tenir au courant.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les services de communication et de trafic maritimes dans la Région de l'Atlantique, veuillez communiquer avec :

Garde côtière canadienne
Région de l’Atlantique
C.P. 5667
St. John's (T.-N.-L.)
A1C 5X1

Zone de responsabilité (Nord-Est) - Avant le regroupement

Zone de responsabilité (Nord-Est) - Après le regroupement

Les sites contrôlés à distance peuvent inclure : des sites d'émetteurs, des sites de réception, des radars, des caméras, des systèmes de micro-ondes, des antennes satellites, et divers autres équipements.

 

Zone de responsabilité (Sud-Ouest) - Avant le regroupement

Zone de responsabilité (Sud-Ouest) - Après le regroupement

Les sites contrôlés à distance peuvent inclure : des sites d'émetteurs, des sites de réception, des radars, des caméras, des systèmes de micro-ondes, des antennes satellites, et divers autres équipements.

Baie Placentia

Centre des SCTM à la Baie Placentia

Sites radars à distance situés à Arnold's Cove, Argentia et Cuslett.

Stations radio télécommandées situées à Arnold's Cove, Cuslett, Hermitage, Bay L'Argent, Fortune Head, St. Lawrence, Cape Pine, Freshwater Hill, St. John's, Victoria, cap Bonavista et Lumsden.

Coordonnées du centre des SCTM de Placentia :

  • Opérations des SCTM : 709-227-2181/2182
  • Officier responsable : 709-227-5731
  • Télécopieur : 709-227-5637
  • Courriel : Safety.Placentia@innav.gc.ca
  • Numéro d'identification du service maritime mobile : 003160019

Pour connaître les calendriers des diffusions et des communications navire-terre de Placentia (VCP), reportez-vous à la publication de la GCC, Aides radio à la navigation maritime (ARNM) Atlantique, Saint-Laurent, Grands Lacs, Lac Winnipeg et Arctique

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le centre des SCTM de Placentia, veuillez vous adresser à :

Garde côtière canadienne

Officier responsable – Opérations des SCTM
Centre des SCTM de Placentia
Case postale 389
Placentia (T.-N.-L.)
A0B 2Y0

Halifax

Centre des SCTM à Halifax

Sites radars à distance situées à Shannon Hill, l'île George, Chebucto Head, Tiverton, l'île Partridge et Read Head.

Stations radio télécommandées situées à Sambro, Ecum Secum, Kingsburg, l'île Fox, Shannon Hill, Chebucto Head, Yarmouth, Lockeport, Saint John, cap Blomidon, Grand Manan, Scotch Mountain, Letite et Tiverton.

Coordonnées du Centre des SCTM d'Halifax :

  • Superviseur des opérations des SCTM : 902-426-9750
  • Officier responsable : 902-426-9738
  • ECAREG : 902-426-4956
  • Télécopieur : 902-426-4483
  • Courriel : Supervisor.mcts-halifax@dfo-mpo.gc.ca
  • Numéro d'identification du service maritime mobile : 003160016

Pour connaître les calendriers des diffusions et des communications navire-terre d'Halifax (VCS), reportez-vous à la publication de la GCC, Aides radio à la navigation maritime (ARNM) Atlantique, Saint-Laurent, Grands Lacs, Lac Winnipeg et Arctique

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le centre des SCTM d'Halifax, veuillez vous adresser à :

Garde côtière canadienne
Officier responsable – Opérations des SCTM
Centre des SCTM d'Halifax
10, Hudson Way
Dartmouth (Nouvelle-Écosse)
B2Y 2Z8

Labrador

Centre des SCTM au Labrador

Stations radio télécommandées situées à Goose Bay, Hopedale, Cartwright et Nain.

Coordonnées du centre des SCTM du Labrador :

  • Opérations des SCTM : 709-896-2252
  • Officier responsable : 709-896-5817 
  • Télécopieur : 709-896-8455
  • Courriel : ECAGOY@INNAV.GC.CA 
  • Numéro d'identification du service maritime mobile : 003160022

Pour connaître les calendriers des diffusions et des communications navire-terre du Labrador (VOK), reportez-vous à la publication de la GCC, Aides radio à la navigation maritime (ARNM) Atlantique, Saint-Laurent, Grands Lacs, Lac Winnipeg et Arctique

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le centre des SCTM du Labrador, veuillez vous adresser à :

Pêches et Océans Canada
Garde côtière canadienne
Officier responsable – Opérations des SCTM
Centre des SCTM Labrador
Case postale 720, Succursale C
Goose Bay (Terre-Neuve-et-Labrador)
A0P 1C0

Port Aux Basques

Centre des SCTM à Port Aux Basques

Site radar éloigné situé à Port aux Basques.

Des stations radio télécommandées sont situées à Table Mountain, Stephenville, Ramea Island, Bonne Bay, Pine Tree, Mount Moriah et Point Riche.

Coordonnées du centre des SCTM de Port aux Basques :

  • Opérations des SCTM : 709-695-2167 
  • Officier responsable : 709-695-2133 
  • Bureau responsable des AVNAV : 709-695-2168
  • Télécopieur : 709-695-7784
  • Courriel, Opérations : PAXTFC@INNAV.GC.CA 
  • Numéro d'identification du service maritime mobile : 003160018

Pour connaître les calendriers des diffusions et des communications navire-terre de Port aux Basques (VOJ), reportez-vous à la publication de la GCC, Aides radio à la navigation maritime (ARNM) Atlantique, Saint-Laurent, Grands Lacs, Lac Winnipeg et Arctique

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le centre des SCTM de Port aux Basques, veuillez vous adresser à :

Garde côtière canadienne
Officier responsable – Opérations des SCTM
Centre des SCTM de Port aux Basques
Case postale 99
Port aux Basques (T.-N.-L.)
A0M 1C0

Sydney

Centre des SCTM à Sydney

Station radar éloignée située à Eddy Point.

Stations radio télécommandées situées à Eddy Point, St. Columba, Port Caledonia, Kilkenny Lake, Cape North, Cheticamp, Montague, Cape Egmont, North Cape et Point Escouminac.

Coordonnées du Centre des SCTM de Sydney :

  • Superviseur des opérations des SCTM : 902-564-7751
  • Officier responsable : 902-564-7752 
  • Télécopieur : 902-564-7662 
  • Courriel, Opérations : mctssyd@dfo-mpo.gc.ca
  • Numéro d'identification du service maritime mobile : 003160017

Pour connaître les calendriers des diffusions et des communications navire-terre de Sydney (VCO), reportez-vous à la publication de la GCC, Aides radio à la navigation maritime (ARNM) Atlantique, Saint-Laurent, Grands Lacs, Lac Winnipeg et Arctique

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le centre des SCTM de Sydney, veuillez vous adresser à :

Garde côtière canadienne
Officier responsable – Opérations des SCTM
Centres des SCTM de Sydney
1190, chemin Westmount
Sydney (Nouvelle-Écosse)
B1R 2J6

 

Cadre et règlements applicables

En plus d’assurer la sécurité de la navigation maritime, les services de communication et de trafic maritimes appuient les activités économiques en optimisant les mouvements des navires et en facilitant les communications navire/terre de l’industrie. Toutes ces fonctions découlent d'un cadre réglementaire fondé principalement sur la Loi sur la marine marchande du Canada et sur la Convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer (Convention SOLAS).

Les modifications apportées à la Loi sur la marine marchande du Canada en 2001 ont relevé et déterminé de nouvelles et importantes responsabilités dans le domaine de la gestion du trafic maritime. L'autorité ministérielle peut dorénavant recommander des règlements qui déterminent des zones de service du trafic maritime et imposer des pratiques et procédures obligatoires en matière de circulation maritime à l'intérieur de ces zones (c.-à-d. le Règlement sur les zones de service de trafic maritime et le Règlement sur la zone de services de trafic maritime de l’Est du Canada).

Le Canada est également signataire de la Convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer (Convention SOLAS) de l'Organisation maritime internationale (OMI), en vertu de laquelle les signataires doivent prendre des mesures pour assurer les services de radiodiffusion de sécurité. En vertu de cet accord, les SCTM une surveillance des appels de détresse et de sécurité et coordonnent les réponses, diffusent de l'information sur la sécurité maritime.

Des mesures de coopération ont également été mises en place avec les États-Unis pour les eaux contiguës comme le détroit Juan de Fuca ou les rivières Détroit et St. Claire.

Système de contrôle des communications (SCC)

Le Système de contrôle de communication (SCC) permet aux agents des centres des SCTM de contrôler toutes les communications radio des sites locaux et éloignés à partir de leurs postes de travail. La nouvelle technologie en cours d'installation dans les 12 centres des SCTM modernisés confère une grande flexibilité et fonctionnalité, et une vaste gamme de radiodiffusion. De nouveaux postes de travail ergonomiques pour les opérateurs seront aussi installés, pour tous les postes des centres des SCTM ainsi que tous les postes de radiocommunications et des instructeurs au centre de formation des SCTM du Collège de la GCC. Le nouveau système est évolutif et configurable non seulement pour répondre aux besoins actuels, mais aussi pour pouvoir évoluer au gré des besoins opérationnels et en matière de formation futurs.

Service national AIS

Une unité AIS de classe A transmet l’information suivante toutes les 2 à 10 secondes en route, et toutes les 3 minutes au mouillage, à un niveau de puissance de 12,5 watts. L’information radiodiffusée comprend ce qui suit :

  • Numéro ISMM – identificateur unique
  • État de navigation (défini par le règlement international pour prévenir les abordages en mer (COLREGS)
  • Vitesse angulaire de giration – à droite ou à gauche, de 0 à 720 degrés par minute
  • Vitesse sur le fond – résolution de 1/10 nœud, de 0 à 102 nœuds
  • Précision de la position – GPS différentiel ou autre et une indication si le traitement de la surveillance intégrée autonome des récepteurs (RAIM) est utilisé
  • Longitude – à 1/10000 minute près et Latitude – à 1/10000 minute près
  • Route sur le fond – par rapport au nord vrai à 1/10 degré près
  • Cap vrai – de 0 à 359 degrés, dérivé de l’entrée gyro
  • Marque d’horodatage – Marque universelle à la seconde près du moment où cette information a été générée

De plus, l’unité AIS de classe A transmet l’information suivante toutes les 6 minutes :

  • Numéro ISMM – même identificateur utilisé ci-dessous pour lier les données ci-dessus au navire décrit
  • Indicatif d’appel radio – indicatif international attribué au navire, souvent utilisé en radiotéléphonie
  • Nom - Nom du navire, 20 caractères au maximum
  • Type de navire/cargaison – il existe un tableau des types possibles
  • Dimensions du navire – au mètre près
  • Emplacement à bord du navire où se trouve le point de référence pour les comptes rendus de position
  • Type de dispositif de positionnement – diverses options allant du GPS différentiel à « non défini »
  • Tirant d’eau du navire – de 1/10 mètre à 25,5 mètres [Nota : le « tirant- d’air » n’est pas prévu]
  • Destination - 20 caractères au maximum
  • Heure probable d’arrivée à destination – mois, jour, heure et minute en TUC

Exigences d’installation à bord des navires

L’AIS joue un rôle important dans l’amélioration de la sauvegarde de la vie humaine en mer et de la protection de l’environnement, ainsi que dans les applications SAR. La mise en œuvre des exigences internationales d’installation d’équipement AIS à bord des navires SOLAS a été abordée au chapitre V de la Convention SOLAS.

Les exigences d’installation canadiennes ont été abordées dans la partie 4 (Autres exigences relatives à l'équipement) du Règlement sur la sécurité de la navigation.