Système mondial de détresse et de sécurité en mer

Information sur le Système mondial de détresse et de sécurité en mer pour les navires, les pêcheurs et les plaisanciers assujettis à la Convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer.

Sur cette page

À propos du système

Le Système mondial de détresse et de sécurité en mer est un système international. Il utilise les toutes dernières technologies de communication par voie terrestre et par satellite. Il emploie aussi les systèmes de radiocommunication à bord des navires. Il a été mis en œuvre à l’échelle mondiale le 1er février 1999. En cas d’urgence, le système :

  • alerte les navires à proximité immédiate
  • offre des moyens améliorés de localiser les survivants
  • alerte rapidement les autorités de sauvetage et de communication à terre

Le Système a été mis au point grâce à l’Organisation maritime internationale. Il a considérablement modifié la façon dont nous menons nos communications maritimes en matière de sécurité. Il est obligatoire pour tous les navires assujettis à la Convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer, y compris :

  • tous les navires à passagers effectuant des voyages internationaux
  • les navires de charge dont la jauge brute est supérieure ou égale à 300 tonnes

Le Système a été mis au point pour moderniser et améliorer nos systèmes de radiocommunication. Il propose un système d’alerte en cas de détresse plus efficace, car il utilise la technologie d’appel par satellite et d’appel sélectif numérique. Cela améliore la coordination et les communications relatives aux opérations de sauvetage et accroît la :

  • capacité de localiser les survivants
  • probabilité de réception d’un message d’alerte
  • probabilité de transmission d’un message d’alerte quand un navire est en détresse
  • capacité de fournir aux navigateurs de l’information vitale sur la sécurité maritime

Équipement

Le Système utilise divers types d’équipement pour émettre et recevoir des signaux de détresse précis.

Appel sélectif numérique

L’appel sélectif numérique améliore l’installation radio VHF/MF/HF. Il permet aux navires d’assurer automatiquement une veille sur les canaux de détresse et d’appel. Les récepteurs d’appel sélectif numérique ne répondent qu’au numéro unique d’identité du service mobile maritime du navire ou à un appel sélectif numérique « à tous les navires » à portée. Une fois le contact établi, les communications de suivi se font oralement sur une autre fréquence.

Inmarsat

Le réseau satellite Inmarsat assure les communications dans le monde entier, à l’exception des régions polaires. Il permet aux autorités de recherche et sauvetage de recevoir des alertes de détresse rapidement et efficacement. Les terminaux Inmarsat sont utilisés pour les alertes de détresse et les communications entre le navire et la terre dans les zones dépourvues d’installations d’appel sélectif numérique VHF ou MF à terre.

Radiobalise de localisation des sinistres

Le Système utilise le système satellitaire COSPAS-SARSAT qui permet la détection des radiobalises de localisation des sinistres de 406 mégahertz partout dans le monde. Ces balises :

  • sont petites, portatives et flottantes
  • émettent efficacement des alertes de détresse partout dans le monde

Les radiobalises de localisation des sinistres à dégagement libre de classe 1 sont obligatoires sur la plupart des navires commerciaux canadiens de 20 m ou plus. Ils sont fortement recommandées pour tous les navires. Vous devez enregistrer vos radiobalises de localisation des sinistres dans le registre canadien des balises.

Une radiobalise de localisation des sinistres COSPAS/SARSAT qui émet sur 406 MHz.

Une radiobalise de localisation des sinistres COSPAS/SARSAT qui émet sur 406 MHz.

Transpondeur de recherche et sauvetage

Les transpondeurs de recherche et sauvetage ou SART sont des transpondeurs radar portatifs. Ils sont utilisés pour aider à localiser les survivants des navires qui ont envoyé une alerte de détresse. Ils sont détectés par radar et fonctionnent dans la même gamme de fréquences que les radars à bord de la plupart des navires. Les SART émettent en réponse à des signaux radar reçus. Ils apparaissent sur l’écran radar d’un navire sous forme d’une série de points. La position du SART et du navire sur lequel il se trouve est ainsi indiquée avec précision. Si un navire doit être abandonné, les SART devraient être embarqués à bord des bateaux de sauvetage.

Image des points SART tels qu’ils apparaissent sur un écran radar.

Image des points SART tels qu’ils apparaissent sur un écran radar.

Image de 2 types de SART.

Image de 2 types de SART.

Émissions d’information sur la sécurité maritime

Par émissions d’information sur la sécurité maritime, on entend :

  • les alertes de détresse
  • les avertissements de navigation
  • l’information de recherche et sauvetage
  • les avertissements et prévisions météorologiques

Les émissions d’information sur la sécurité maritime peuvent être reçues de 3 manières différentes dans le Système :

  • Les récepteurs automatiques NAVTEX (navigational telex) reçoivent des émissions dans les régions côtières jusqu’à 300 milles marins au large des côtes.
  • Les terminaux Inmarsat-C reçoivent des appels de groupe élargi : SafetyNET dans les zones non desservies par la couverture NAVTEX.
  • Les récepteurs hautes fréquences à impression directe à bande étroite peuvent être utilisés au lieu de l’appel de groupe élargi si le service est disponible.

Zones maritimes internationales

La transmission des alertes entre navires est encore une fonction importante du Système mondial de détresse et de sécurité en mer. Par contre, l’accent est mis sur la communication bidirectionnelle entre les navires et les installations côtières. Tous les navires du Système doivent être en mesure de communiquer avec la côte et de transmettre un appel de détresse par 2 moyens différents. Par conséquent, l’équipement d’un navire du Système est déterminé par sa zone d’activité et la disponibilité des services de communication à terre.

Le Système comprend 4 zones maritimes internationales :

  1. zone maritime A1 : à portée d’une station côtière ASN/VHF à terre (40 milles marins)
  2. zone maritime A2 : à portée d’une station côtière ASN/MF à terre (40 à 150 milles marins)
  3. zone maritime A3 : à l’intérieur de la zone de couverture d’un satellite géostationnaire de l’INMARSAT (environ 70°N à 70°S, à l’extérieur des zones maritimes A1 et A2)
  4. zone maritime A4 : zones restantes, couvrant les régions polaires

Au Canada, la zone maritime A1 couvre les côtes est et ouest. La zone maritime A4 couvre l’Arctique. Toutes les autres eaux se trouvent dans la zone maritime A3.

Carte du Canada montrant les zones maritimes A1 et A4 en bleu et la zone maritime A3 en blanc.

Carte du Canada montrant les zones maritimes A1 et A4 en bleu et la zone maritime A3 en blanc.

Communications du navire

Les navires du Système mondial de détresse et de sécurité en mer assurent une veille automatisée sur le canal 70 de la bande ASN/VHF et sur la fréquence 2 187,5 kHz de la bande ASN/MF. Pendant la transition vers le Système, les navires équipés d’appareils radio non reliés au Système peuvent avoir de la difficulté à alerter ou à contacter un navire du Système. Pendant la transition, nous tenons compte de cette situation en surveillant à la fois le Système et les fréquences de détresse traditionnelles.

Bien que la date de cessation de la veille obligatoire du canal 16 de la bande VHF par les navires SOLAS soit actuellement étudiée par l’Organisation maritime internationale, tous les navires devraient être équipés d’un ASN VHF dès que possible pour que la période de transition soit la plus brève possible.

Centres d’intervention

Les centres des Services de communications et de trafic maritimes (SCTM) continuent de surveiller les canaux de détresse et de sécurité sur le canal 16 de la bande VHF et à la fréquence 2 182 kHz de la bande MF.

Les centres des SCTM continuent de diffuser des messages de sécurité en utilisant :

  • NAVTEX
  • INMARSAT EGC
  • les bandes radio MF et HF
  • les systèmes de radiodiffusion VHF

Les Centres conjoints de coordination des opérations de sauvetage et les Centres secondaires de sauvetage maritime du Canada reçoivent les alertes de détresse des navires, des SCTM et des satellites. Lorsque les centres reçoivent une alerte de détresse, ils retransmettent un « appel à tous les navires » dans la zone. Ainsi, les navires qui se trouvent à proximité sont mis au courant et sont en mesure d’intervenir. Les coordonnateurs des missions de recherche et sauvetage dépêchent alors des aéronefs et des navires. Si une alerte de détresse est envoyée par erreur, le centre des SCTM ou les centres conjoints de coordination des opérations de sauvetage et les centres secondaires de sauvetage maritime du Canada devraient en être avisés immédiatement afin que le déploiement de ces ressources puisse être interrompu.

Liens connexes

Date de modification :