Forum des gardes côtières du Pacifique Nord

FGCPN 2017

Du 11 au 14 septembre 2017, le commissaire de la Garde côtière canadienne, M. Jeffery Hutchinson, participera au Forum des gardes côtières du Pacifique Nord (FGCPN) à Tokyo, au Japon. Le forum annuel fournit à des représentants de gardes côtières de six pays (le Canada, la Chine, le Japon, la Corée, la Russie et les États-Unis) l’occasion de discuter de priorités mutuelles sur l’application des lois sur les pêches, la sécurité maritime, le trafic illicite, les opérations combinées et les activités d’intervention en cas d’urgence.

Ce sera aussi dans le cadre de ces réunions que des gardiens des côtes dévoués feront la promotion et valoriseront le Canada, la Colombie-Britannique et la Garde côtière canadienne auprès des membres étrangers de la communauté maritime, nommément les gardes côtières de la Chine, de la Corée, du Japon, de la Russie et des États-Unis.

Le FGCPN a un effet sur nous tous, chaque jour. La participation du Canada au Forum permet aux Britanno-Colombiens et aux autres Canadiens de jouir d’un milieu maritime pacifique, accessible et propre, le Pacifique, grâce aux efforts coordonnés des pays qui s’occupent de garder les eaux du Pacifique Nord sûres et navigables.

Le FGCPN - Qu'est-ce que c'est?

Logo de FGCPN

Le Forum des gardes côtières du Pacifique Nord (FGCPN) a été établi en 2000 par les gardes côtières du Japon, de la Corée, de la Russie et des États-Unis pour favoriser la coopération multilatérale par le partage de renseignements et l’établissement de meilleures pratiques au titre du Pacifique Nord. Le Canada et la Chine ont depuis joint ses rangs. La Garde côtière canadienne dirige une équipe pluriministérielle canadienne, qui inclut des représentants de l’Agence des services frontaliers du Canada, Pêches et Océans Canada, la Gendarmerie royale du Canada et Transports Canada.

Les secteurs d’intervention des six pays membres incluent nommément :

  • la sécurité maritime;
  • le trafic illicite;
  • les opérations combiné
  • l'intervention en cas d'urgence;
  • la législation sur les pê
  • les échanges d'informations.

Les efforts coordonnés des membres du FGCPN contribuent à garder les eaux du Pacifique Nord sûres et navigables, permettant ainsi à la communauté maritime de jouir d’un milieu pacifique, accessible et propre. De plus, le Forum aide à protéger les pêcheries du Pacifique Nord. Il mène des activités d’application de la législation sur les pê nommément, il lutte contre la pêche illégale aux filets maillants en haute mer et il surveille les activités de pêche illégale, non réglementée et non déclarée.

Réunions

La première réunion du FGCPN a eu lieu à Tokyo, au Japon, en 2000. Les activités du Forum sont planifiées et approuvées lors de deux réunions annuelles. La réunion des experts a lieu en mars. Elle est axée sur le développement des opérations, des plans et des initiatives multilatérales. Le Sommet de septembre permet aux chefs des organisations et aux experts de passer en revue les propositions issues de cette réunion, de les discuter, de les modifier et de les approuver.

Les événements tenus par le FGCPN permettent aux participants de renforcer leurs relations grâce à des activités officielles telles des réunions plénières et des discussions de groupes de travail, ainsi que des activités courantes tels les repas. Ces activités permettent aux pays membres d’acquérir sur place l’expérience des contextes opérationnels et administratifs des pays hôtes et ainsi de mieux comprendre leurs contraintes et leurs impératifs.

Les activités du FGCPN offrent aussi aux participants la possibilité de participer à des manifestations culturelles du pays hôte, ce qui leur permet de mieux apprécier sa culture.

Membres de la délégation au FGCPN

Les membres de la délégation pour la réunion des experts incluent généralement huit à douze hauts fonctionnaires (grade militaire de capitaine/colonel). La délégation est dirigée par un officier de grade d’officier général (amiral ou général).

Les délégations au Sommet se composent généralement de 10 à 15 hauts fonctionnaires (capitaine/colonel à amiral commandant). Elles sont dirigées par le commissaire de la Garde côtière, généralement un amiral ou un général quatre étoiles, ou un sous-ministre.

Réalisations du FGCPN

Des discussions du groupe de travail et des réunions plénières permettent de réaliser une vaste gamme d’échanges bilatéraux et multilatéraux, ce qui renforce la coopération et la coordination.

Photo gracieusement fournie par le service des relations publiques de la USCG.
Photo gracieusement fournie par le service des relations publiques de la USCG.

Voici les principales réalisations du Forum depuis sa création :

  • des exercices d’entraînement sur maquette et en mer en réponse à des scénarios d’arraisonnements de sécurité maritime, de recherche et de sauvetage, d’aide aux sinistrés et de pêche illé
  • des patrouilles coordonnées pour lutter contre la pêche illégale dans le Pacifique;
  • une entente sur des protocoles de communication communs pour prendre des mesures à l’égard des « navires d’intérêt particulier »;
  • la création par la Russie d’un système d’échange d’information;
  • l’échange de renseignements sur le trafic de stupéfiants et les migrants clandestins.

Le Pacific Unity MMEX du FGCPC, qui a eu lieu à Port Angeles, dans l’État de Washington, du 22 au 27 août 2009, est un exemple d’exercice auquel le secteur de la GCC de la région du Pacifique a participé directement. Le but de cet exercice était de démontrer la capacité des membres de travailler ensemble en appui de leurs intérêts partagés dans le contexte de la réponse à une catastrophe naturelle et du besoin résultant de fournir et coordonner l’aide humanitaire requise et d’assurer la reprise de la navigation commerciale. Les capitaines et les équipages du NGCC Provo Wallis et du NGCC SIYAY ont participé à cette entreprise internationale.

Des séances de photo ont eu lieu le premier jour de l’exercice, y compris une séance réunissant en losange des navires de plus de 400 pieds de longueur aux bordages garnis de rangs de marins des pays membres. Un participant a décrit la scène comme inspirant un respect mêlé de crainte.

Photo gracieusement fournie par le service des relations publiques de la USCG.
Photo gracieusement fournie par le service des relations publiques de la USCG.

Le deuxième jour a été consacré à des activités sportives. Les pays membres ont uni leurs forces et ont joué au baseball, au volleyball, au soccer, au jeu de fers à cheval et au disc golf, ce qui a permis aux participants de rigoler, de jouer et de travailler ensemble malgré la barrière linguistique et de se préparer pour les exercices planifiés pour le jour suivant.

La participation du NGCC Provo Wallis et du NGCC SIYAY à la Pacific Unity MMEX a permis l’échange, avec leurs homologues de la USCG, de meilleures pratiques et méthodes pour le levage et le mouillage d’aides à la navigation flottantes. Alors que le SIYAY et le Provo Wallis plaçaient et levaient des bouées et des corps morts américains, le USCGC Henry Blake levait et plaçait du matériel canadien, ce qui a permis de prouver que chaque pays pouvait aider l’autre pour remettre en place des aides à la navigation déplacées lors d’une catastrophe naturelle. Durant ces manœuvres, les navires des deux pays ont permis à leur bord du personnel de leurs contreparties pour observer leurs opérations de pont associées aux bouées et leurs capacités technologiques impressionnantes, ainsi que pour obtenir des avis utiles sur les opérations.

Chaque soir, les capitaines et les équipages se rencontraient pour un salut officiel et des discussions sur une panoplie de sujets, allant de la tactique opérationnelle aux différences culturelles.

La dernière journée de l’exercice incluait le transport des chefs de délégation à Seattle à bord du NGCC SIYAY pour rencontrer les autres navires. Puis il y a eu un dernier débreffage et des discussions sur la voie à suivre des leçons tirées des activités du jour précédent. Le Canada a été louangé comme un pays techniquement avancé possédant un atout extrêmement polyvalent.

Selon les participants, la Pacific Unity MMEX était capitale à la réalisation du mandat du FGCPN car cet exercice a permis de renforcer la capacité des pays membres de collaborer dans le champ opérationnel. Aux dires d’un participant, « l’expérience que nous avons acquise assurera que cet exercice sera un des principaux jalons de nos carrières ».

Date de modification :