Nouvelles et événements

Découvrez ce qui se passe au Collège de la Garde côtière canadienne.

Journée internationale des femmes et des filles de science Février 2020

Caroline Clairoux est une élève-officière de quatrième année. On lui a demandé son point de vue sur l’importance de la Journée internationale des femmes et des filles de science.

« Le fait d’avoir une plus grande présence féminine dans les carrières en science, technologie, ingénierie et mathématiques (STIM) crée un meilleur équilibre en milieu de travail. Il y a deux points de vue plutôt qu’un seul, ainsi que deux approches. Les résultats sont toujours meilleurs quand on travaille en équipe et que l’on combine les points de vue. »

Caroline a été élevée par une mère célibataire qui travaillait comme chimiste à Transports Canada, dans le domaine de l’intervention en cas de déversement d’hydrocarbures. À ce jour, la mère de Caroline demeure sa plus grande inspiration. Caroline a une sœur cadette, et a donc grandi dans une maison de femmes. On lui a toujours dit qu’elle pouvait devenir ce qu’elle voulait, indépendamment de son sexe. Un jour, un ami de Caroline lui a dit qu’elle n’était pas capable de comprendre la politique ou le gouvernement. Cela a attisé le feu en elle et l’a motivée à obtenir un baccalauréat en sciences politiques. Le fait qu’on lui dise ne pas avoir la « capacité » lui a donné la force de donner tort à tous ceux qui auraient douté d’elle.

Après avoir obtenu un diplôme en sciences politiques avec spécialisation en défense nucléaire stratégique pour le Moyen­Orient et les États­Unis, Caroline a décidé d’apprendre une nouvelle langue et a suivi des cours d’été en langue espagnole en Argentine. C’est à ce moment-là qu’elle a compris qu’elle aimait relever des défis.

En vacances sur un bateau de croisière avec sa famille, Caroline ne comprenait pas comment un bateau pouvait se rendre d’un endroit à l’autre en toute sécurité; en fait, ce voyage lui faisait peur. Au cours de la croisière, Caroline se souvient avoir croisé une officière, qui était l’exemple de la femme forte et puissante dans un domaine dominé par les hommes. Après avoir vu l’officière, la peur de Caroline s’est entièrement dissipée. Pour Caroline, devenir officière était un autre défi à relever. Cette femme l’a inspirée et lui a donné le courage de poursuivre une carrière à la Garde côtière canadienne. Elle est maintenant sur le point d’obtenir son diplôme comme officière de navigation, un métier qu’elle ne s’attendait pas à exercer.

« Le vieil état d’esprit du “club masculin” n’a pas totalement disparu, mais les nouvelles générations apportent de nouvelles perspectives. Ces nouvelles générations se soucient de ce que la personne fait, non pas de son sexe. C’est une phase de transition. Il n’y a plus de métier pour les hommes ou pour les femmes, qui sont tout simplement des personnes. Être un homme ne signifie pas exceller dans tous les domaines, et c’est la même chose pour les femmes. Les compétences sont déterminées par les contributions que la personne apporte, et non par son sexe. »

Voici le message qu’adresse Caroline aux jeunes femmes qui envisagent d’entrer dans le domaine des STIM (science, technologie, ingénierie, mathématiques) : « Allez-y, vous trouverez votre domaine d’expertise, car les STIM sont un domaine très vaste. Trouvez votre force intérieure comme je l’ai fait. Travaillez fort, et vous réaliserez des choses dont vous ne saviez pas que vous étiez capable. »

Caroline s’adresse également à la personne qui a eu le plus d’influence sur elle : « Sans ma mère, je ne serais pas un bon chef de file. Je ne serais pas la personne que je suis aujourd’hui. Elle a placé la barre très haut et j’espère seulement pouvoir l’atteindre. »

L'élève-officier Caroline Clairoux dans la bibliothèque du Collège de la Garde côtière canadienne.

C’est incroyable ce que des esprits créatifs peuvent réaliser Janvier 2020

Nous sommes ravis d’annoncer le lancement du Club d’art du Collège de la Garde côtière, mis sur pied par l’élève-officier Tessa Lachance à l’automne 2018. Tessa a commencé à suivre des cours de poterie au Cape Breton Centre for Craft and Design pendant sa première année d’études. Après avoir constaté qu’il y avait un besoin pour plus d’activités créatives au Collège, elle a présenté une proposition à la direction en vue de créer un club d’art. Ce club donnerait aux élèves-officiers l’occasion d’exprimer et de développer leurs compétences artistiques sur le campus.

Après seulement un an, Tessa a pu monter une exposition d’art avec plus de 75 projets soumis par 30 élèves-officiers. Elle a également réussi à mettre sur pied des cours d’art comme occasions d’apprentissage pour les membres du club. Elle travaille actuellement à l’organisation d’une autre exposition dans le cadre de laquelle les élèves-officiers pourront présenter une grande variété de projets :

  • film
  • poterie
  • peinture
  • sérigraphie
  • photographie

Le club d’art est composé de 20 élèves et continue de croître, car bon nombre de nos élèves-officiers ont des talents artistiques cachés. Nous avons hâte de voir ce qu’ils nous réservent!

Galerie d'art du collège exposant des pièces de médias mixtes sur des chevalets.
L'élève-officier Tessa Lachance tenant une pièce de poterie.

Prestation au défilé du père Noël de Sydney Novembre 2019

La fanfare du Collège de la Garde côtière canadienne a contribué à répandre la joie des Fêtes lors du défilé du père Noël de Sydney le 23 novembre. Les élèves officiers ont défilé parmi les membres de la collectivité tout en jouant de la musique des Fêtes pour le plaisir de tous. Des centaines de personnes ont été témoins des talents musicaux de nos élèves officiers et de leur enthousiasme à s’engager dans leur collectivité.

Les élèves officiers ont accompli un travail exceptionnel en représentant le Collège et sont impatients de participer à nouveau l’année prochaine!

Lorsque je me suis jointe à la fanfare du Collège de la Garde côtière, le fondateur, l’élève officier Joseph Huitema, accueillait tout le monde, peu importe leur talent. Il a même fourni des instruments à des trombonistes rouillés comme moi. La répétition hebdomadaire et le travail d’équipe ont permis d’obtenir un son soigné, mais la marche ajoutait un défi supplémentaire d’endurance et de coordination. Quel sentiment extraordinaire d’atteindre notre objectif et de représenter le Collège au défilé du père Noël de Sydney! Bien que notre fanfare n’existe que depuis quelques années, nous pouvons déjà ajouter un sentiment de fierté et d’appartenance lors des célébrations du Collège. Mieux encore, c’est une façon amusante d’agrémenter les divisions quotidiennes d’élèves officiers avec de la musique en direct!

Élève-officier Catherine Buschhaus
l'orchestre du Collège de la Garde côtière canadienne debout avec ses instruments.
Date de modification :