Le Système Canadien d’Aides à la Navigation

Aides flottantes à la navigation (Bouées)

Le système de balisage utilisé au Canada correspond au système de balisage maritime de l’AISM (Association internationale de signalisation maritime) qui a été adopté par tous les principaux pays maritimes du monde. Ce système comporte des bouées latérales, cardinales et spéciales.

Pour les bouées latérales, le système de balisage maritime de l’ AISM divise le monde en deux régions, « A » et « B ». Dans la Région « B », qui comprend le Canada, les bouées de tribord sont rouges et les bouées de bâbord sont vertes. Dans la Région « A », l’application de ces couleurs est inversée : rouge pour bâbord et vert pour tribord. Pour les bouées de bifurcation c’est la même chose : la couleur prédominante de la bouée de tribord est rouge dans la Région « B » et verte dans la Région « A », et celle de la bouée de bâbord est verte dans la Région « B » et rouge dans la Région « A ». Toutes les autres caractéristiques du système de balisage maritime de l’ AISM sont identiques dans les deux Régions.

Étant donné que la forme et (ou) la couleur de la bouée de même que les couleurs et les caractéristiques du feu surmontant la bouée en indiquent la fonction, il est essentiel que les navigateurs utilisent, avec ce système, des cartes de navigation à jour. Se reporter à l’encart central pour plus de détails.

Bouées latérales

Les bouées latérales indiquent le côté sur lequel il est possible de les laisser en sécurité. Il existe cinq types de bouées latérales : bouée de bâbord, bouée de tribord, bouée de bifur­cation de bâbord, bouée de bifurcation de tribord et bouée de mi-chenal.

Bouée de bâbord

  1. Une bouée de bâbord marque le côté bâbord (gauche) d’un chenal ou l’emplacement d’un danger à laisser sur bâbord (à gauche) lorsque le navire se dirige vers l’amont.
  2. Une bouée de bâbord est verte, porte une ou plusieurs lettres d’identification et un ou des nombres impairs et :
    1. si elle porte un feu, ce feu est vert et consiste en un feu à éclats (Fl)4s ou en un feu à éclats en séquence rapide (Q)1s;
    2. si elle porte un matériau rétroréfléchissant, ce matériau est vert;
    3. si elle ne porte pas de feu, elle a un dessus plat; et
    4. si elle porte un voyant, ce voyant est un seul cylindre vert.

Bouée de tribord

  1. Une bouée de tribord marque le côté tribord (droit) d’un chenal ou l’emplacement d’un danger à laisser sur tribord (à droite) lorsque le navire se dirige vers l’amont.
  2. Une bouée de tribord est rouge, porte une ou plusieurs lettres d’identification et un ou des nombres pairs et
    1. si elle porte un feu, ce feu est rouge et consiste en un feu à éclats (Fl)4s ou en un feu à éclats en séquence rapide (Q)1s;
    2. si elle porte un matériau rétroréfléchissant, ce matériau est rouge;
    3. si elle ne porte pas de feu, elle a un dessus de forme conique; et
    4. si elle porte un voyant, ce voyant est un cône rouge pointant vers le haut.

Bouée de bifurcation de bâbord

  1. Une bouée de bifurcation de bâbord marque le point d’embranchement d’un chenal, vers l’amont, pour indiquer que le chenal préféré ou le chenal principal est à tribord (à droite).
  2. Une bouée de bifurcation de bâbord est verte et porte une large bande horizontale rouge, une ou plusieurs lettres d’identification et :
    1. si elle porte un feu, ce feu est vert et consiste en un feu à éclats groupés composés Fl(2+1)6s ou Fl(2+1)10s;
    2. si elle porte un matériau rétroréfléchissant, ce matériau est vert;
    3. si elle ne porte pas de feu, le dessus de la bouée est plat; et
    4. si elle porte un voyant, ce voyant est un seul cylindre vert.

Bouée de bifurcation de tribord

  1. Une bouée de bifurcation de tribord marque le point d’embranchement d’un chenal, dans le sens de la remontée, pour indiquer que le chenal préféré ou le chenal principal est à bâbord (à gauche).
  2. Une bouée de bifurcation de tribord est rouge et porte une large bande horizontale verte, une ou plusieurs lettres d’identification et :
    1. si elle porte un feu, ce feu est rouge et consiste en un feu à éclats groupés composés Fl(2+1)6s ou Fl(2+1)10s;
    2. si elle porte un matériau rétroréfléchissant, ce matériau est rouge;
    3. si elle ne porte pas de feu, le dessus de la bouée est de forme conique; et
    4. si elle porte un voyant, ce voyant est un cône rouge pointant vers le haut.

Bouée de mi-chenal

  1. Une bouée de mi-chenal marque une zone d’eaux sécuritaires et signale des atterrages, l’entrée ou le milieu des chenaux. Les navires peuvent circuler de chaque côté, mais il est préférable de la laisser sur bâbord (à gauche).
  2. Une bouée de mi-chenal porte des rayures verticales rouges et blanches d’égale largeur, une ou plusieurs lettres d’identification et :
    1. si elle porte un feu, ce feu est blanc et consiste en un feu « A » en morse Mo(A)6s ou en un feu à éclats longs (LFl)10s;
    2. si elle porte un matériau rétroréfléchissant, ce matériau est blanc;
    3. si elle ne porte pas de feu, le dessus de la bouée est de forme sphérique; et
    4. si elle porte un voyant, ce voyant est une sphère rouge.

Bouées de danger isolé

  1. Une bouée de danger isolé est amarrée à un danger isolé, ou au-dessus de ce dernier, qui est entouré d’eaux navigables sécuritaires.
  2. Une bouée de danger isolé est noire avec une large bande horizontale rouge, porte une ou plusieurs lettres d’identification et :
    1. si elle porte un feu, ce feu est blanc et consiste en un feu à éclats groupés Fl(2)5s ou Fl(2)10s;
    2. si elle porte un matériau rétroréfléchissant, ce matériau est blanc;
    3. si elle ne porte pas de feu, la bouée est normalement en forme d’espar mais elle peut avoir d’autres formes; et
    4. si elle porte un voyant, ce voyant est formé de deux sphères noires superposées.

Bouées cardinales

Les bouées cardinales signalent l’emplacement du chenal le plus sécuritaire ou le plus profond par rapport aux points cardinaux. Il y a quatre bouées cardinales : nord, est, sud et ouest.

Si une bouée cardinale porte un matériau rétroréfléchissant, ce matériau est blanc. En l’absence de feu, la bouée cardinale est normalement en forme d’espar bien que d’autres formes puissent exister.

Bouée cardinale nord

  1. Une bouée cardinale nord est située de manière à ce que les eaux les plus sécuritaires soient au nord de cette bouée.
  2. Une bouée cardinale nord est noire et jaune en proportions à peu près égales au-dessus de la ligne de flottaison, le haut étant noir et le bas jaune, porte une ou plusieurs lettres d’identification et :
    1. si elle porte un feu, ce feu est blanc et consiste en un feu à éclats en séquence rapide (Q)1s ou en un feu à éclats en séquence très rapide (VQ)0.5s; et
    2. si elle porte un voyant, ce voyant consiste en deux cônes noirs superposés et pointant vers le haut.

Bouée cardinale est

  1. Une bouée cardinale est, est située de manière à ce que les eaux les plus sécuritaires soient à l'est de cette bouée.
  2. Une bouée cardinale est noire et porte une large bande horizontale jaune, une ou plusieurs lettres d’identification et :
    1. si elle porte un feu, ce feu est blanc et consiste en un feu à trois éclats groupés en séquence rapide Q(3)10s ou en un feu à trois éclats en séquence très rapide groupés VQ(3)5s; et
    2. si elle porte un voyant, ce voyant consiste en deux cônes noirs superposés et opposés par la base.

Bouée cardinale sud

  1. Une bouée cardinale sud est située de manière à ce que les eaux les plus sécuritaires soient au sud de cette bouée.
  2. Une bouée cardinale sud est noire et jaune en proportions à peu près égales au-dessus de la ligne de flottaison, le haut étant jaune et le bas noir, elle porte une ou plusieurs lettres d’identification et :
    1. si elle porte un feu, ce feu est blanc et consiste en un feu à six éclats groupés en séquence rapide (Q(6)+LFl)15s ou en un feu à six éclats en séquence très rapide groupés suivis d’un éclat long (VQ(6)+LFl)10s; et
    2. si elle porte un voyant, ce voyant consiste en deux cônes noirs superposés et pointant vers le bas.

Bouée cardinale ouest

  1. Une bouée cardinale ouest est située de manière à ce que les eaux les plus sécuritaires soient à l'ouest de cette bouée.
  2. Une bouée cardinale ouest est jaune et porte une large bande horizontale noire, une ou plusieurs lettres d’identification et :
    1. si elle porte un feu, ce feu est blanc et consiste en un feu à neuf éclats groupés en séquence rapide Q(9)15s ou en un feu à neuf éclats en séquence très rapide groupés VQ(9)10s; et
    2. si elle porte un voyant, ce voyant consiste en deux cônes noirs super­posés et opposés par la pointe.

Bouées spéciales

Les bouées spéciales servent à transmettre des renseignements spécifiques au navigateur. Ces bouées n’ont pas pour but principal de faciliter la navigation du bâtiment. Les formes des bouées spéciales n’ont aucune importance, et en pratique, diverses formes peuvent être utilisées.

Un grand nombre de bouées spéciales sont privées, et à ce titre, elles doivent être conformes au Règlement sur les bouées privées.

Toutes les bouées spéciales, lorsqu’elles sont lumineuses, émettent toujours des feux jaunes. À l’exception des bouées SADO, ces feux seront à éclats (Fl)4s, ce qui signifie que le feu émet régulièrement un éclat à 4 secondes d’intervalle. Chaque bouée SADO, si elle est lumineuse, portera également des feux jaunes, mais ses caractéristiques sont Fl(5)20s, c’est-à-dire 5 éclats groupés toutes les 20 secondes.

Lorsqu’une bouée spéciale est munie d’un matériau rétroréfléchissant, la couleur de ce matériau sera jaune. De plus, lorsqu’une bouée porte un symbole orange (par ex. danger), le matériau rétroréfléchissant orange peut être ajouté pour améliorer la visibilité du symbole. Si aucune couleur n’est exigée (par ex. bouées de natation et de plongée blanches), le matériau rétroréfléchissant sera jaune.

Remarque :

Les bouées d’endroit interdit et de contrôle sont régies par le Règlement sur les restrictions visant l’utilisation des bâtimentsétabli en vertu de la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada. Les bouées SADO et de plongée sont régies par le Règlement sur les abordages établi en vertu de la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada.

Bouée de mouillage

  1. Une bouée de mouillage balise le périmètre d’une zone de mouillage désignée.
  2. Une bouée de mouillage est jaune, elle porte le symbole d’une ancre noire sur au moins deux côtés opposés, une ou des lettres d’identification, et si elle porte un voyant, ce voyant à la forme d’un « X » jaune.

Bouée d’avertissement

  1. Une bouée d’avertissement balise les zones où les navigateurs doivent être avertis de la présence de dangers comme des zones de tir, de régates, des bases d’hydravions, des ouvrages sous-marins, des zones où il n’existe aucun chenal sûr, des zones de séparation de trafic et des exploitations d’aquicultures. Le navigateur doit consulter sa carte afin de déterminer la nature exacte du danger indiqué.
  2. Une bouée d’avertissement est jaune, porte une ou plusieurs lettres d’identification, et si elle porte un voyant, ce voyant à la forme d’un « X » jaune.

Bouée de contrôle

  1. Une bouée de contrôle balise une zone où la navigation est restreinte.
  2. Une bouée de contrôle est blanche et porte le contour d’un cercle orange sur deux côtés opposés ainsi que deux bandes horizontales orange, au-dessus et au-dessous des cercles. Un nombre ou un symbole noir à l’intérieur des cercles orange indique la nature de la restriction en vigueur. La bouée peut aussi porter une ou plusieurs lettres d’identification.

Bouée de plongée

  1. Une bouée de plongée signale une zone où des activités de plongée en scaphandre autonome ou autres sont en cours.
  2. Une bouée de plongée est blanche et porte un drapeau rouge carré d’au moins 50 centimètres, traversé en diagonale par une bande blanche allant du coin supérieur gauche au coin inférieur droit. La bouée peut porter une ou plusieurs lettres d’identification et si elle porte un matériau rétroréfléchissant, ce matériau est jaune.

Bouée d’obstacle

  1. Une bouée d’obstacle sert à baliser des obstacles épars tels que des rochers, des hauts-fonds ou des eaux turbulentes situées en dehors du chenal principal.
  2. Une bouée d’obstacle est de couleur blanche et porte, sur deux côtés opposés, un losange orange et deux bandes horizontales orange, l’une au-dessus et l’autre au-dessous du losange. Les mots ou les symboles informant de l’obstacle sont inscrits à l’intérieur du losange ou, faute de place, entre les bandes orange. La bouée peut aussi porter une ou plusieurs lettres d’identification.

Bouée de renseignements

  1. Une bouée de renseignements présente, à l’aide de mots ou de symboles, des renseignements d’intérêt pour le navigateur.
  2. Une bouée de renseignements est blanche et porte le contour d’un carré orange sur deux côtés opposés ainsi que deux bandes horizontales orange, au-dessus et au-dessous des carrés. Les mots ou symboles sont noirs et placés à l’intérieur du carré. La bouée peut porter une ou plusieurs lettres d’identification.

Bouée d’endroit interdit

  1. Une bouée d’endroit interdit balise une zone interdite aux embarcations.
  2. Une bouée d’endroit interdit est blanche et porte un losange orange renfermant une croix orange, sur deux côtés opposés, ainsi que deux bandes horizontales orange, au-dessus et au-dessous des losanges. La bouée peut porter une ou plusieurs lettres d’identification.

Bouée d’amarrage

  1. Une bouée d’amarrage sert à amarrer ou à immobiliser un navire, un hydravion, etc.
  2. Une bouée d’amarrage est blanche et orange, l’orange couvrant le tiers supérieur de la bouée au-dessus de la ligne de flottaison. La bouée peut porter une ou plusieurs lettres d’identification.

Bouée de système d’acquisition de données océaniques (SADO)

  1. Une bouée SADO signale une station scientifique, météorologique ou océanographique;
  2. Une bouée SADO ne doit pas avoir une forme que l’on pourrait confondre avec celle d’une marque servant à la navigation;
  3. Une bouée SADO est jaune, porte une ou plusieurs lettres d’identification et :
    1. si elle porte un feu, ce feu est jaune et consiste en un feu à cinq éclats groupés s’allumant toutes les 20 secondes Fl(5)20s; et
    2. si elle porte un voyant, ce voyant à la forme d’un « X » jaune.

Bouée de natation

  1. Une bouée de natation balise le périmètre d’une zone réservée à la natation.
  2. Une bouée de natation est blanche et peut porter une ou plusieurs lettres d’identification.

Identification de jour

Durant le jour, la couleur et la forme d’une bouée en indiquent le type ainsi que la fonction et la signification que le navigateur doit lui donner.

Couleur de la bouée

Voici les couleurs des bouées utilisées dans le système de balisage canadien :

Buoy colours used in the Canadian Buoyage System
Type de bouéeCouleur
Bâbord Verte
Tribord Rouge
Mi-chenal Bandes verticales rouges et blanches
Danger isolé Noire avec une large bande horizontale rouge
Bifurcation à bâbord Verte avec une bande horizontale rouge
Bifurcation à tribord Rouge avec une bande horizontale verte
Cardinale nord Partie supérieure noire, partie inférieure jaune
Cardinale est Noire avec une large bande horizontale jaune
Cardinale sud Partie supérieure jaune, partie inférieure noire
Cardinale ouest Jaune avec une large bande horizontale noire
Mouillage Avertissement SADO Jaune
Amarrage Endroit interdit Contrôle Obstacle Renseignements Blanche avec des symboles orange
Natation Blanche
Plongée Blanche surmontée d’un drapeau rouge et blanc

Forme de la bouée

La forme des bouées non lumineuses indique la position de la bouée par rapport au chenal et, par conséquent, le côté sur lequel il faut la laisser.

  1. Une bouée pointue (ou conique) balise le côté tribord (ou droit) du chenal ou l’emplacement d’un danger qu’il faut laisser sur tribord (à droite) en se dirigeant vers l’amont.
  2. Une bouée à dessus plat (cylindrique) balise le côté bâbord (ou gauche) du chenal ou l’emplacement d’un danger qu’il faut laisser sur bâbord (à gauche) en se dirigeant vers l’amont. Une bouée à dessus plat (cylindrique) peut indiquer autre chose et sa forme n’a alors pas de valeur significative (par exemple, une bouée spéciale et une bouée cardinale). Le mouillage d’une telle bouée doit être fait avec soin afin d’éviter qu’une interprétation, basée seulement sur la forme, ne crée une situation dangereuse.
  3. Une bouée sphérique balise le centre du chenal ou des eaux navigables et signifie qu’il est possible de la laisser en toute sécurité sur un côté ou sur l’autre même s’il conviendrait, en règle générale, de la laisser sur bâbord (à gauche) en se dirigeant tant vers l’amont que vers l’aval.

Voyants

Durant le jour, l’usage de voyants à titre de moyen additionnel d’identification des bouées se limite à l’heure actuelle aux bouées latérales, cardinales et de danger isolé situées dans les eaux libres de glace. En raison des conditions environnementales auxquelles sont soumises les aides canadiennes à la navigation, les voyants ne sont pas autant utilisés que dans d’autres régions du monde. Il est conseillé aux navigateurs de ne pas se fier uniquement aux voyants pour identifier la bouée car ils sont susceptibles d’être endommagés et ils peuvent être enlevés intentionnellement en hiver ou s’il y a formation de glace.

Lorsqu’installé, le système de balisage canadien prévoit des voyants pour chaque bouée :

Topmarks
Type de bouéeDescription du voyant
Bâbord et bifurcation à bâbord Un seul cylindre vert
Tribord et bifurcation à tribord Un seul cône rouge pointant vers le haut
Mi-chenal Une seule sphère rouge
Danger isolé 2 sphères noires superposées
Cardinale nord 2 cônes noirs pointant vers le haut
Cardinale est 2 cônes noirs opposés par la base
Cardinale sud 2 cônes noirs pointant vers le bas
Cardinale ouest 2 cônes noirs opposés par la pointe

Conseil :

Un moyen permettant de se rappeler la disposition des voyants coniques sur les bouées cardinales consiste à établir un lien entre la direction des pointes des cônes et la section occupée sur la bouée par la partie noire. Par exemple, sur une bouée cardinale est, le cône supérieur pointant vers le haut et le cône inférieur pointant vers le bas ont un lien avec la partie sup­érieure et la partie inférieure noires de la bouée.

Identification de nuit

Durant la nuit, la couleur et les caractéristiques du feu d’une bouée lumineuse en indiquent la fonction.

Caractéristiques des feux à éclat des bouées

Des feux de différentes couleurs sont utilisés pour faciliter la reconnaissance des marques du Système canadien d’aides à la navigation : des feux verts et rouges pour les bouées latérales, des feux blancs pour les bouées cardinales, de danger isolé et d’eaux sécuritaires et des feux jaunes pour les bouées spéciales.

Les caractéristiques du feu de toutes les bouées dans le Système canadien d’aides à la navigation doivent être conformes aux « Spécifications des caractéristiques des feux de bouée » détaillées ci-dessous. La principale caractéristique sera utilisée dans tous les cas à l’exception de :

  1. lorsqu’il faut faire une distinction entre deux bouées identiques qui sont à proximité l’une de l’autre; ou
  2. lorsqu’une focalisation est nécessaire (par exemple, l’utilisation de la deuxième caractéristique « à éclats en séquence rapide » pour différencier les bouées marquant un tournant dans un système  de bouées latérales); ou
  3. lorsque les besoins d’une plus grande perception l’exigent ou pour améliorer la disponibilité du feu dans des conditions de vagues plus tumultueuses.

Voici les noms, les abréviations et les descriptions des caractéristiques des feux utilisés dans le système de balisage canadien :

Bâbord et tribord
Principale : À éclats – (Fl)4s

Un feu (rouge pour tribord et vert pour bâbord) dont la durée totale est une période plus brève que la durée totale de l’obscurité et est répétée régulièrement à une fréquence de 15 éclats par minute (un éclat toutes les 4 secondes).

  • Éclat de 0,5 sec.; éclipse de 3,5 sec.
Secondaire : À éclats en séquence rapide – (Q)1s

Un feu (rouge pour tribord et vert pour bâbord) pour lequel des éclats identiques sont répétés à une fréquence de 60 éclats par minute (un éclat par seconde).

  • Éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.
Mi-chenal
Principale : Code Morse A – Mo(A)6s

Un feu blanc dont l’éclat de
0,3 seconde est suivi d’une éclipse de 0,6 seconde, puis d’un éclat long régulier d’une seconde à une fréquence de 10 fois par minute (toutes les 6 secondes).

  • Éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,6 sec.;
  • éclat de 1,0 sec.; éclipse de 4,1 sec.
Secondaire : À éclats longs réguliers – (LFl)10s

Un feu blanc dont la durée de l’éclat de 2 secondes est répété à une fréquence de 6 éclats par minute (1 éclat long toutes les 10 secondes).

  • Éclat de 2,0 sec.; éclipse de 8,0 sec.
Bifurcation
Principale : À éclats groupés composés Fl(2+1)6s

Un feu (rouge pour tribord et vert pour bâbord) pour lequel un groupe de 2 éclats est suivi d’un seul éclat dont la séquence complète est répétée 10 fois par minute (toutes les 6 secondes).

  • Éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,4 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 1,2 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 3,5 sec.
Secondaire : À éclats groupés composés – Fl(2+1)10s

Un feu (rouge pour tribord et vert pour bâbord) pour lequel un groupe de 2 éclats est suivi d’un seul éclat dont la séquence complète est répétée 6 fois par minute (toutes les 10 secondes).

  • Éclat de 0,5 sec.; éclipse de 0,7 sec.
  • éclat de 0,5 sec.; éclipse de 2,1 sec.;
  • éclat de 0,5 sec.; éclipse de 5,7 sec.
Danger isolé
Principale : À éclats groupés – Fl(2)5s

Un feu blanc pour lequel un groupe de 2 éclats est régulièrement répété 12 fois par minute (toutes les 5 secondes).

  • Éclat de 0,4 sec.; éclipse de 0,6 sec.;
  • éclat de 0,4 sec.; éclipse de 3,6 sec.
Secondaire : À éclats groupés – Fl(2)10s

Un feu blanc pour lequel un groupe de 2 éclats est régulièrement répété 6 fois par minute (toutes les 10 secondes).

  • Éclat de 1,0 sec.; éclipse de 1,0 sec.;
  • éclat de 1,0 sec.; éclipse de 7,0 sec.
Cardinale nord
Principale : À éclats en séquence rapide – (Q)1s

Un feu blanc dont les éclats identiques sont répétés à une fréquence de 60 éclats par minute (1 éclat toutes les secondes).

  • Éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.
Secondaire : À éclats en séquence très rapide – (VQ).5s

Un feu blanc dont l’éclat est répété régulièrement à une fréquence de 120 éclats par minute (1 éclat toutes les 0,5 secondes).

  • Éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.
Cardinale est
Principale : À éclats groupés en séquence rapide – Q(3)10s

Un feu blanc pour lequel un groupe de
3 éclats est répété régulièrement 6 fois
par minute (toutes les 10 secondes).

  • Éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 7,7 sec.
Secondaire : À éclats groupés en séquence très rapide – VQ(3)5s

Un feu blanc à éclats en séquence très rapide pour lequel un groupe de 3 éclats est répété régulièrement 12 fois par minute (toutes les
5 secondes).

  • Éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 3,8 sec.
Cardinale sud
Principale : À éclats groupés en séquence rapide +
À éclats longs réguliers – (Q(6)+LFl)15s

Un feu blanc pour lequel un groupe de
6 éclats rapides est suivi d’un seul éclat long et dont toute la séquence est répétée 4 fois par minute (toutes les 15 secondes).

  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 2,0 sec.; éclipse de 7,0 sec.
Secondaire : À éclats groupés en séquence très rapide+ À éclats longs réguliers – (VQ(6)+LFl)10s

Un feu blanc pour lequel un groupe de 6 éclats très rapides est suivi d’un seul éclat long et dont toute la séquence est répétée 6 fois par minute (toutes les 10 secondes).

  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 2,0 sec.; éclipse de 5,0 sec.
Cardinale ouest
Principale : À éclats groupés en séquence rapide – Q(9)15s

Un feu blanc à éclats en séquence rapide pour lequel un groupe de 9 éclats est répété régulièrement 4 fois par minute (toutes les 15 secondes).

  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 0,7 sec.;
  • éclat de 0,3 sec.; éclipse de 6,7 sec.
Secondaire : À éclats groupés en séquence très rapide – VQ(9)10s

Un feu blanc à éclats en séquence très rapide pour lequel un groupe de 9 éclats est répété régulièrement 6 fois par minute (toutes les 10 secondes).

  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 0,3 sec.;
  • éclat de 0,2 sec.; éclipse de 5,8 sec.
Spécial (à l’exception de SADO)
Principale : À éclats – (Fl)4s

Un feu jaune pour lequel la durée totale du feu au cours d’une période est plus brève que la durée totale de l’obscurité et qui est répété à une fréquence de
15 éclats par minute (1 éclat toutes les 4 secondes).

  • Éclat de 0,5 sec.; éclipse de 3,5 sec.
SADO (Système d’acquisition de données océaniques)
Principale : Group Flashing – Fl(5)20s

Un feu jaune pour lequel un groupe de 5 éclats est répété régulièrement 3 fois par minute (toutes les 20 secondes).

  • éclat de 0,5 sec.; éclipse de 1,5 sec.;
  • éclat de 0,5 sec.; éclipse de 1,5 sec.;
  • éclat de 0,5 sec.; éclipse de 1,5 sec.;
  • éclat de 0,5 sec.; éclipse de 1,5 sec.;
  • éclat de 0,5 sec.; éclipse de 11,5 sec.

Conseil :

Un moyen permettant de se rappeler les caractéristiques du feu des bouées cardinales est, sud et ouest consiste à faire correspondre le nombre d’éclats de chaque groupe, dans le cas de ces feux, aux chiffres d’une horloge équivalant à la direction correspondante sur le compas. Par exemple, les 3 éclats de chaque groupe dans le cas de la bouée cardinale est correspondent à trois heures. L’éclat prolongé de la bouée cardinale sud vise à éviter la confusion entre les 6 éclats par groupe de cette bouée et les 9 éclats de la bouée cardinale ouest.

Couleur des feux des bouées

Voici les couleurs des feux des bouées utilisées dans le système de balisage canadien :

Les couleurs des feux des bouées lumineuses utilisées dans le Syste canadien de balisagem
Type de bouéeCouleur du feu
Bâbord et bifurcation à bâbord Verte
Tribord et bifurcation à tribord Rouge
Mi-chenal, danger isolé et toutes les bouées cardinales Blanche
Toutes les bouées spéciales Jaune

Matériau rétroréfléchissant

Un matériau rétroréfléchissant est appliqué sur les bouées non lumineuses, pour aider à les identifier la nuit au moyen d’une lampe de poche ou d’une autre source lumineuse, et sur les bouées lumineuses comme source lumineuse auxiliaire. Sauf dans le cas des bouées spéciales, la couleur du matériau rétroréfléchissant est identique à la couleur appropriée pour chaque bouée. Lorsqu’une bouée spéciale a des plaques de chiffres ou de lettres ou un fond revêtus d’un matériau rétroréfléchissant, la couleur du matériau est jaune. De plus, lorsqu’une bouée porte un symbole orange (par exemple, danger), un matériau rétroréfléchissant orange peut être ajouté pour rehausser la visibilité du symbole.

Remarque :

Pour les bouées de natation et de plongée, qui sont de couleur blanche, le matériau rétroréfléchissant est jaune.

Autres caractéristiques

Numérotation des bouées

Seules les bouées de tribord et de bâbord sont numérotées. Les bouées de tribord portent un nombre pair et les bouées de bâbord un nombre impair. Les nombres augmentent vers l’amont et se suivent à peu près des deux côtés du chenal. Certains nombres peuvent être omis au besoin. Les nombres sont habituellement précédés d’une ou de deux lettres pour faciliter l’identification du chenal. Tous les autres types de bouée ne sont identifiés que par des lettres. Par ailleurs, tous les types de bouée peuvent être identifiés par un nom s’ajoutant à un nombre ou à une lettre. Les bouées privées ne portent ni nombre, ni lettre étant donné qu’elles n’appartiennent pas au gouvernement. Elles affichent les lettres « PRIV » et toute autre information nécessaire selon le Règlement sur les bouées privées.

Signaux sonores

Chaque type de bouée du système de balisage canadien peut être doté d’une cloche ou d’un sifflet activé par le mouvement de la bouée dans l’eau. Ces bouées ne servent généralement que dans les eaux côtières où la bouée bouge suffisamment pour activer le dispositif sonore et où un signal sonore est nécessaire pour permettre la localisation de la bouée quand la visibilité est mauvaise.

Réflecteurs radar

De nombreuses bouées sont dotées de réflecteurs radar qui améliorent leur visibilité sur l’écran radar.

Balises radar (RACON)

Lorsqu’il est essentiel de pouvoir identifier une bouée avec exactitude, cette bouée peut être dotée d’une balise radar (RACON). La partie 2 des Aides radio à la navigation dresse une liste exhaustive des RACON avec des renseignements tels que le nom et l’emplacement, la portée, l’arc et l’identificateur. La publication Livres des feux, des bouées et des signaux de brume fournira également certains renseignements sur les RACON.

Marquage de nouveaux dangers

De nouveaux dangers comme une épave ou la découverte d’un haut-fond ou d’un rocher non indiqués sur les cartes peuvent survenir soudainement dans des eaux que les navigateurs ont pris l’habitude de considérer comme non dangereuses. Le système canadien de balisage prévoit les mesures spéciales suivantes pour ces dangers :

  1. Le premier choix pour marquer un nouveau danger est l’aide de danger isolé ancrée sur ou installée au-dessus du danger. Des bouées latérales, des aides cardinales ou des bouées d’avertissement peuvent également être utilisées.
  2. On peut ajouter à une ou à plusieurs aides balisant le nouveau danger une autre aide identique en tous points.
  3. En général, le feu de toute aide lumineuse latérale ou cardinale servant à baliser un nouveau danger doit avoir la caractéristique d’éclat la plus rapide pour cette aide.
  4. Un nouveau danger peut être marqué par une balise radar codée « D » en morse.
  5. Les mesures spéciales prises pour baliser un nouveau danger peuvent être suspendues lorsque des renseignements concernant ce danger ont reçu une diffusion suffisante.