Foire aux questions (FAQ)

Comment puis-je commencer une carrière en SAR?

Au Canada, le Programme national de Recherche et sauvetage implique des ministères fédéraux, des bénévoles, des organisations, des municipalités, des provinces et des territoires qui collaborent pour fournir des services SAR. La Garde côtière canadienne (GCC) est responsable, entre autres, de la fourniture de ressources maritimes à l'appui des opérations de Recherche et sauvetage (SAR) dans des domaines qui dépendent du gouvernement fédéral.

Le Programme SAR n'est qu'une facette de l'engagement de la GCC envers la sécurité maritime. On peut demander à tout membre d'équipage à bord d'un navire de la GCC de travailler sur tous les navires de la flotte, que ce soit un brise-glace, un navire hydrographique ou un navire baliseur. À cet effet, la Garde côtière canadienne n'embauche pas seulement en fonction de la demande en Recherche et sauvetage, mais plutôt selon les besoins généraux de la flotte.

Le Programme SAR est à la fois exigeant et populaire auprès des employés dans leurs choix de carrière. Pour cette raison, les employés affectés à des navires SAR sont normalement sélectionnés parmi le personnel ayant déjà de l'expérience. Certains d'entre eux reçoivent de la formation supplémentaire comme spécialiste en sauvetage. Tout membre d'équipage peut être appelé à jouer ce rôle.

Un spécialiste en sauvetage est avant tout un membre d'équipage avec une formation supplémentaire sur des techniques avancées de premiers soins et de sauvetage. Le processus de sélection des candidats pour être spécialiste en sauvetage est très strict et peut favoriser une personne qui a déjà reçu de la formation. Le candidat est cependant choisi parmi les membres d'équipage actuels.

Les demandes pour obtenir un poste sur les navires de la Garde côtière sont sélectionnées par l'entremise de la Commission de la fonction publique et des centres d'emploi du Canada. La GCC offre aussi un Programme de formation d'officiers au Collège de la Garde côtière canadienne à Sydney en Nouvelle-écosse. Il s'agit d'un programme d'études de 4 ans, à temps plein, qui prépare l'élève-officier à une carrière en mécanique navale ou en navigation. Vous pouvez visiter le site du Collège de la Garde côtière canadienne au /fra/College/Bienvenue

Comment puis-je devenir un technicien SAR?

Les membres du ministère de la Défense nationale jouent aussi un rôle clé dans les opérations SAR maritimes. Les techniciens SAR sont membres de la force aérienne et, comme à la Garde côtière, sont sélectionnés parmi les membres actuels des Forces canadiennes pour suivre une formation poussée en soins médicaux d'urgence, en survie sur terre et en mer, en techniques de sauvetage à partir d'hélicoptères, en parachutage, en plongeon, en escalade et en rappel. Pour de plus amples renseignements sur les possibilités de devenir un technicien SAR au sein des Forces canadiennes, visitez le site Force aérienne : Carrières.

A-t'il un programme pour étudiant intéressé en SAR?

La GCC embauche aussi des étudiants universitaires pour s'occuper pendant l'été du Programme des bateaux de sauvetage côtiers à des endroits sélectionnés au Canada. On peut obtenir des renseignements supplémentaires à ce sujet en se rendant sur le site web du Programme fédéral d'expérience de travail étudiant (PFETE).

Quelles sont les ressources SAR disponibles dans ma Région?

Un grand nombre de ressources sont disponibles en Recherche et sauvetage. Toutes les ressources du gouvernement, que ce soit une voiture de police ou un navire de la Garde côtière, peuvent être utilisées dans les opérations SAR. Les premières unités utilisées dans les opérations SAR maritimes proviennent de la Garde côtière et les ressources varient d'une Région à l'autre. La GCC a cinq Régions différentes qui disposent de divers navires pouvant appuyer, au besoin, le Programme SAR. Pour de plus amples renseignements sur les ressources régionales, veuillez visiter les sites régionaux de la GCC auxquels on peut avoir accès à partir de la page des Liens aux pages de SAR. Bien entendu, les Forces canadiennes collaborent avec la Garde côtière et fournissent des aéronefs pour appuyer le Programme SAR maritime. Les aéronefs vont des appareils à voilure fixe C130 Hercules et Buffalo au nouvel appareil SAR, l'hélicoptère Cormorant.

Devrais-je tester le bouton de détresse automatique de ma radio VHF ASN (Très haute fréquence/Appel sélectif numérique) une fois par année?

NON. NE TESTEZ PAS cette fonction de signal de détresse. Il n'y a pas de fonction pour tester le bouton de détresse automatique et, en vertu de la Loi sur la marine marchande du Canada et de la Loi sur la radiocommunication, il n'est pas permis d'envoyer un faux message de détresse même s'il s'agit simplement d'un test.

Pourquoi dois-je enregistrer ma RLS?

L'information du registre, fournie à l'aide des cartes d'enregistrement distribuées pour chaque balise vendue, n'est pas disponible pour le public. Elle est divulguée seulement au Centre canadien de contrôle des mission (CCCM) à Trenton au Canada pour son utilisation en réponse à des signaux de détresse de balises captés à l'aide du système satellite. L'information fournie permet au personnel du CCCM d'identifier la source du signal et d'effectuer une vérification préliminaire de l'appel de détresse. Si la carte n'a pas été enregistrée correctement et qu'elle n'a pas été mise à jour avec les derniers changements (c.-à-d., la RLS est attribuée à un autre bateau), il est possible que l'enquête s'étire dans un cas d'urgence où la balise est activée.

Quelquefois, je vois un bateau avec un feu bleu à éclats allant à pleine vitesse. Qui peut avoir un feu bleu à éclats et pour quelle raison?

La Règle 45 des règles de barre et de route canadiennes autorise tout « navire du gouvernement » à montrer comme signal d'identification un feu bleu à éclats lorsqu'il participe à des opérations de Recherche et sauvetage (SAR) ou à des activités d'exécution de la loi. Depuis le 31 janvier 2003, les navires de la Garde côtière auxiliaire sont aussi autorisés à montrer ce signal lorsqu'ils participent à des missions SAR.

Dois-je payer pour obtenir les services de la Garde côtière et de la Garde côtière auxiliaire?

La GCC et la GCAC fournissent gratuitement des services de Recherche et sauvetage à des marins en détresse. Ceci dit, dans des situations où il n'y a pas d'urgence, les navires de la GCC et de la GCAC ne concurrenceront pas le secteur privé. Pour ces raisons, si un bateau est en panne et qu'il doit être remorqué sans danger immédiat, le marin doit s'efforcer de prendre ses propres arrangements afin d'obtenir de l'aide tout en tenant la GCC au courant pour la sécurité. La GCC et la GCAC n'assureront pas ces services si une compagnie de remorquage convenable du secteur privé est disponible pour fournir de l'aide.