ARCHIVÉ - Questions et réponses sur les opérations de déglaçage

Attention Cette information est archivée parce qu'elle est désuete et n'est plus pertinente.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

 
 

Q1 Quels sont les services de déglaçage fournis par la GCC?

La Garde côtière canadienne fournit des services de déglaçage aux navires commerciaux, aux traversiers et aux bateaux de pêche dans les eaux canadiennes prises par des glaces. Elle offre entre autres les services suivants : escorte, dégagement des ports, entretien des chenaux dans les glaces de rive, conseils en navigation dans les glaces et information sur les glaces.    Ces services contribuent à :

  • garantir une navigation sécuritaire;
  • empêcher la formation d’embâcles et les inondations;
  •  maintenir les routes de transport maritime commercial.
 
 

Q2 En quoi les opérations de déglaçage de cette année sont-elles différentes de celles des dernières années?

Cette année, la couverture de glace est beaucoup plus épaisse et plus vaste dans de nombreuses régions du Canada. L’engel s’est produit environ un mois plus tôt que d’habitude dans une bonne partie de l’Est du Canada. L’hiver 2013-2014 a été la saison la plus « glacée » depuis 1993-1994.

La demande de services de déglaçage de la GCC est actuellement très forte et représente une augmentation substantielle par rapport aux dernières années, alors que la glace était « légère ».

 
 

Q3 Combien de brise-glace la GCC utilise-t-elle?

La GCC dispose d’une flotte de 16 brise-glace dans les eaux de l’Est du Canada et de l’Arctique : deux brise-glace lourds, quatre brise-glace moyens, huit navires polyvalents et deux aéroglisseurs.

En outre, un navire pouvant être utilisé comme brise-glace est en service sur la côte du Pacifique.

 
 

Q4 Où et quand peut-on obtenir les services de déglaçage?

D’environ la mi-décembre au mois de mai, 14 brise-glace et deux aéroglisseurs interviennent le long de la côte Est du Canada, de Terre-Neuve à Montréal, et dans les Grands Lacs.

L’été, de la fin juin au début novembre, six brise-glace interviennent dans l’Arctique pour aider la marine marchande, amener des navires jusqu’aux collectivités isolées, maintenir une présence canadienne et effectuer des missions scientifiques essentielles.

En outre, un navire pouvant être utilisé comme brise-glace est en service sur la côte du Pacifique.

 
 

Q5 Comment décide-t-on de la répartition géographique des brise-glace?

La GCC organise des réunions d’avant-saison avec ses clients pour discuter des attentes relatives au trafic et des exigences en matière de service, ainsi que pour commenter sur le calendrier des navires.

Le Service canadien des glaces présente aussi ses prévisions saisonnières pour l’état des glaces, afin que la GCC et l’industrie maritime puissent prévoir les problèmes éventuels et élaborer des plans en conséquence. Les réunions permettent d’apporter les modifications initiales au plan de déploiement des brise-glace.

 
 

Q6 Les navires commerciaux ont-ils la priorité sur les bateaux de pêche?

Les services de déglaçage de la GCC s’assurent que les navires peuvent circuler de manière sécuritaire dans les eaux prises par les glaces et autour de celles-ci.

Lorsqu’un navire demande l’aide d’un brise-glace, la GCC doit tenir compte de la capacité du navire de suivre sa route prévue de façon sécuritaire. Cette politique s’applique aux navires commerciaux, aux traversiers, aux bateaux de pêche et aux embarcations de plaisance.

 
 

Q7 Accorde-t-on la priorité à certains navires ou à certains ports?

Comme la GCC dispose d’un nombre limité de brise-glace, toutes les opérations de déglaçage sont coordonnées de façon conjointe par les bureaux des glaces du Québec, des Maritimes, de Terre-Neuve et des régions du Centre et de l’Arctique, afin de garantir que les brise-glace sont utilisés de façon optimale, de réduire les risques au minimum et de diminuer les répercussions sur le transport maritime.

Les bureaux des glaces reçoivent toutes les demandes d’assistance d’un brise-glace et les évaluent en fonction des priorités établies par la GCC :

  1. tous les cas urgents ou de détresse sont traités en priorité; 
  2. les demandes relatives aux services de traversiers fournis en vertu de dispositions de la Confédération sont prioritaires; la GCC accorde aux autres services de traversiers la priorité qu’elle juge appropriée; 
  3. les navires qui transportent des cargaisons vulnérables (risque de pollution, marchandises dangereuses ou périssables) ou des marchandises essentielles à la survie de certaines localités; 
  4. les navires de passage et les bateaux de pêche; 
  5. le dégagement des ports de pêche. 
 
 

Q8 Comment peut-on demander un brise-glace?

Il est important de préciser si vous demandez les services d’un brise-glace pour une escorte régulière ou pour un cas urgent ou de détresse. Transmettez votre demande au centre des services de communications et de trafic maritimes le plus près.

 
 

Q9 Quel est le délai d’attente?

Le délai d’intervention réel dépend des conditions météorologiques, de l’état des glaces, du nombre de brise-glace disponibles dans le secteur, du nombre d’embarcations ayant besoin d’aide, ainsi que d’autres facteurs.

 
 

Q10 Si un brise-glace se trouve dans le secteur, pourquoi ne peut-il pas répondre à ma demande de service d’escorte?

Les brise-glace peuvent être appelés à fournir des services de déglaçage, mais ils peuvent aussi participer à des opérations de recherche et de sauvetage. Toutes les demandes de services d’escorte ou de dégagement des ports seront évaluées et classées par ordre de priorité par le Bureau des glaces, et les tâches seront attribuées aux brise-glace en conséquence. Comme il y a un nombre limité de brise-glace, il est difficile pour la GCC de répondre à toutes les demandes. C’est pourquoi les cas urgents constituent une priorité.