Annexe A - Terminologie des glaces, de la navigation et de la conception de navires

Annexe A, B, et C [PDF - 109 Ko]

A.1 Terminologie des glaces

Il existe une terminologie internationalement reconnue des formes et des conditions glacielles. Ces travaux terminologiques ont été coordonnés par l'Organisation météorologique mondiale. La terminologie ainsi établie sert de fondement à la description de l'état des glaces par le Service canadien des glaces d'Environnement Canada, et est décrite en détails dans la dernière édition du MANICE. La liste des termes courants avec leur description est donnée dans cette annexe pour accompagner le présent guide.

a) Types de glace de mer

Glace de mer :
Toute forme de glace trouvée en mer qui résulte du gel de l'eau de mer.
Nouvelle glace :
Terme général s'appliquant à toute glace formée récemment et comprenant le frasil, le sorbet, la gadoue et la shuga. Ces types de glace sont composés de cristaux de glace qui ne sont encore que faiblement soudés entre eux par le gel (s'ils le sont) et n'ont un aspect défini que lorsqu'ils flottent en surface.
Frasil :
Fines aiguilles ou plaquettes de glace en suspension dans l'eau.
Sorbet :
Stade de congélation postérieur au frasil; les cristaux commencent à s'agglutiner pour former en surface une couche épaisse comme de la soupe. Le sorbet réfléchit peu la lumière et donne à l'eau une apparence mate. Ce type de glace est souvent confondu avec une nappe de pétrole en raison de son apparence semblable en eau libre.
Gadoue :
Neige saturée et mêlée d'eau reposant sur la terre ou la glace, ou masse visqueuse flottant sur l'eau après une forte chute de neige.
Shuga :
Accumulation de morceaux de glace blanche et spongieuse ayant quelques centimètres de diamètre; ils se forment à partir de sorbet ou de gadoue et, quelquefois, de glace de fond remontant à la surface.
Nilas :
Couche de glace mince et élastique, ondulant facilement sur les vagues et la houle ou sous la pression, et formant sous cette dernière des avancées en forme de « doigts » entrecroisés (formation de doigts de glace flottante). Cette couche a une surface mate et peut atteindre 10 cm d'épaisseur. On peut distinguer le nilas sombre et le nilas clair, selon leur degré de transparence.
Nilas sombre :
Nilas ayant jusqu'à 5 cm d'épaisseur et une couleur très sombre.
Nilas clair :
Nilas ayant plus de 5 cm d'épaisseur et dont la couleur est plus claire que le nilas sombre.
Jeune glace :
Glace au stade de transition entre le nilas et la glace de première année, d'une épaisseur de 10 à 30 cm. Elle peut être divisée en glace grise et en glace blanchâtre.
Glace grise :
Jeune glace de 10 à 15 cm d'épaisseur. Elle est moins souple que le nilas et se brise sous l'effet de la houle; en général, les fragments se chevauchent sous la pression.
Glace blanchâtre :
Jeune glace de 15 à 30 cm d'épaisseur qui, sous l'effet de la pression, aura plus tendance à former des crêtes qu'à se chevaucher.
Glace de première année :
Glace n'ayant qu'un seul hiver de formation et provenant de jeune glace; son épaisseur varie entre 30 cm et 2 m. Elle se subdivise en trois types de glace : glace mince de première année (glace blanche), glace moyenne de première année et glace épaisse de première année.
Glace mince de première année :
Glace de première année de 30 à 70 cm d'épaisseur.
Glace moyenne de première année :
Glace de première année de 70 à 120 cm d'épaisseur.
Glace épaisse de première année :
Glace de première année de plus de 120 cm d'épaisseur.
Vieille glace :
Glace de mer ayant survécu à au moins un été de fonte. La plupart des caractéristiques topographiques de la vieille glace sont plus arrondies que celles de la glace de première année. Elle peut se diviser en glace de deuxième année et en glace de plusieurs années.
Glace de deuxième année :
Vieille glace n'ayant subi qu'un été de fonte. Comme elle est plus épaisse et moins dense que la glace de première année, une partie plus importante émerge de l'eau. Contrairement à ce qui se passe avec la glace de plusieurs années, la fonte d'été produit un motif régulier de nombreuses petites mares d'eau. Les endroits où la glace est vive et les mares d'eau sont généralement d'un bleu vert.
Glace de plusieurs années :
Vieille glace qui a survécu à au moins deux étés de fonte. Les hummocks sont encore plus arrondis que dans le cas d'une glace de deuxième année, et la glace est presque exempte de sel. Là où la glace est vive, sa couleur est généralement bleue. La fonte détermine une configuration qui se caractérise par de grandes mares irrégulières liées entre elles et un réseau de drainage bien développé.

b) Types de glace de lac

Glace de lac :
Glace formée sur un lac, quel que soit l'endroit où on l'observe.
Nouvelle glace de lac :
Glace formée récemment et de moins de 5 cm d'épaisseur.
Glace de lac mince :
Glace de couleur variable et de 5 à 15 cm d'épaisseur.
Glace de lac moyenne :
Stade de formation postérieur des floes ou de la banquise côtière, d'une épaisseur de 15 à 30 cm.
Glace de lac épaisse :
Glace de 30 à 70 cm d'épaisseur.
Glace de lac très épaisse :
Floe ou banquise côtière qui a atteint une épaisseur de plus de 70 cm.

c) Formes de glace

Glace en crêpes :
Morceaux de glace surtout de forme circulaire ayant de 30 cm à 3 m de diamètre et jusqu'à 10 cm d'épaisseur, avec des bords relevés en raison de l'impact entre les morceaux. Ils peuvent se former sous l'effet d'une faible houle à partir de sorbet, de gadoue ou de shuga ou à la suite de la fragmentation de glace vitrée ou de nilas, ou encore à partir de glace grise s'il y a une forte houle ou de grosses vagues. La glace en crêpes se forme aussi parfois en profondeur, à l'interface de deux masses d'eau ayant des caractéristiques physiques différentes, d'où elle remonte en surface. Elle peut rapidement couvrir de grandes étendues d'eau.
Glaçon :
Tout fragment de glace relativement plat mesurant moins de 20 m d'extension.
Petit glaçon :
Glaçon de moins de 2 m d'extension horizontale.
Floe :
Tout fragment de glace relativement plat mesurant 20 m d'extension ou plus. Selon leur extension horizontale, les floes se subdivisent ainsi :
Petit floe :
De 20 à 100 m d'extension.
Floe moyen :
De 100 à 500 m d'extension.
Grand floe :
De 500 m à 2 km d'extension.
Floe immense :
De 2 à 10 km d'extension.
Floe géant :
Plus de 10 km d'extension.
Floe de batture :
Grand floe épais, inégal et décoloré, mesurant souvent plus de 8 km d'extension, qui se forme en amont des hauts-fonds, des petites îles et le long des estrans du fleuve Saint-Laurent et de son estuaire lorsqu'une température froide précède ou accompagne les marées de mortes-eaux. Le floe de batture se compose de glaces de différentes épaisseurs formées sous la pression à marée descendante; cette masse se soude sous l'action du gel et se forme à chaque marée successive. Comme l'amplitude des marées augmente entre les mortes-eaux et les sources, de grands pans de glace échouée se détachent et dérivent au gré du courant vers la partie nord-ouest du golfe du Saint-Laurent. Il s'agit ici d'une description canadienne que l'on ne retrouve pas dans la nomenclature de l'Organisation météorologique mondiale.
Sarrasins (brash) :
Accumulation de glace flottante composée de fragments qui n'ont pas plus de 2 m d'extension et qui viennent de la rupture d'autres formes de glace. Les sarrasins peuvent aussi se trouver dans le passage ouvert par un brise-glace.
Banquise côtière :
Glace qui se forme et reste fixe le long de la côte, où elle est liée soit au rivage, soit à un mur ou à une falaise de glace, soit entre des hauts-fonds ou à des icebergs échoués. Des fluctuations verticales peuvent être observées lorsque le niveau de la mer varie. La banquise côtière peut être formée sur place à partir de l'eau de mer ou d'une banquise de n'importe quel âge retenue au rivage par le gel; elle peut s'étendre sur quelques mètres comme sur plusieurs centaines de kilomètres à partir de la côte. La banquise côtière peut être constituée de glace de plus d'un an et on peut alors la désigner en employant l'expression correspondant à son âge (vieille, de deuxième année ou de plusieurs années). Si elle s'élève à plus de 2 m au-dessus du niveau de la mer, on l'appelle « plateau de glace ». Dans les zones de fortes marées, une fissure de marée où peuvent se trouver des crêtes de pression ou des nappes d'eau libre risque de se former le long du littoral.
Glace échouée :
Glace flottante qui est échouée dans des eaux peu profondes.

d) Répartition des glaces

Glaces à la dérive/banquise :
Terme utilisé dans un sens très large et désignant toute étendue de glace autre que la banquise côtière, quelle que soit sa forme ou la façon dont elle est disposée. Lorsque sa concentration est élevée, c'est-à-dire de 7/10 et plus, le terme « glaces à la dérive » peut être remplacé par le terme « banquise », ou « pack ».
Couverture de glace :
Rapport entre une surface de glace de concentration quelconque et la surface totale de la mer dans un grand secteur géographique, qui peut être le globe tout entier, un hémisphère ou une entité océanographique déterminée comme la baie de Baffin ou la mer de Barents.

e) Concentration des glaces

Concentration :
Rapport exprimé en dixièmes qui indique quelle proportion de la surface de la mer, dans la zone étudiée, est couverte de glace. La concentration totale fait référence aux glaces présentes à tout stade de formation, et la concentration partielle, aux glaces d'un stade particulier ou d'une forme particulière; elle représente seulement une partie de la concentration totale.
Banquise consolidée :
Glace flottante dont la concentration est de 10/10 et où les floes ont été soudés par le gel.
Banquise compacte :
Glace flottante dont la concentration est de 10/10 et où il n'y a pas d'eau visible.
Banquise très serrée :
Glace flottante dont la concentration est de 9/10 à moins de 10/10.
Banquise serrée :
Glace flottante dont la concentration est de 7/10 à 8/10 et qui se compose de floes dont la plupart sont en contact.
Banquise lâche :
Glace flottante dont la concentration est de 4/10 à 6/10 avec de nombreux chenaux et polynies. Les floes n'y sont généralement pas en contact les uns avec les autres.
Banquise très lâche :
Glace dont la concentration est de 1/10 à 3/10 et où il y a plus d'eau libre que de glace.
Eau libre :
Grande étendue d'eau librement navigable dans laquelle la glace est présente à des concentrations inférieures à 1/10; aucune glace d'origine terrestre n'y est présente.
Eau bergée:
Zone d'eau librement navigable dans laquelle il y a des glaces d'origine terrestre. Il peut y avoir d'autres types de glaces, mais leur concentration totale est inférieure à 1/10.
Eau libre de glace:
Aucune glace n'est présente; s'il y a de la glace de quelque type que ce soit, ce terme ne doit pas être employé.

f) Disposition des glaces

Champ de glace :
Étendue de glace flottante formée de floes de n'importe quelle dimension et qui est de plus de 10 km d'étendue.
Grand champ de glace :
Champ de glace mesurant plus de 20 km d'extension.
Champ de glace moyen :
Champ de glace mesurant entre 15 et 20 km d'extension.
Petit champ de glace :
Champ de glace mesurant de 10 à 15 km d'extension.
Banc de glace :
Zone de glace mesurant moins de 10 km d'extension.
Mer de glace :
Étendue variable de banquise serrée ou très serrée couvrant des centaines de kilomètres carrés, que l'on trouve dans la même région tous les étés.
Ceinture :
Vaste zone de glaces à la dérive plus longue que large. La largeur de la ceinture peut mesurer de 1 à plus de 100 km.
Langue :
Avancée de la lisière des glaces qui peut avoir plusieurs kilomètres de long et qui est causée par le vent ou le courant. La portion flottante d'un glacier en saillie de la côte est aussi une langue de glace.
Cordon:
Longue et étroite bande de glaces à la dérive mesurant 1 km ou moins de largeur, ordinairement composée de petits fragments détachés de la masse de glace principale sous l'effet du vent, de la houle ou du courant.
Baie:
Grande échancrure, en forme de croissant, de la lisière des glaces formée soit par le vent, soit par le courant.
Embâcle :
Accumulation de glace brisée coincée dans un chenal étroit, pouvant atteindre le fond des rivières et des eaux peu profondes et former un barrage.
Fracture :
Toute cassure ou rupture dans une banquise très serrée, compacte, consolidée ou côtière ou dans un simple floe et qui est provoquée par des phénomènes de déformation. Les fractures peuvent contenir des sarrasins ou être recouvertes de nilas ou de jeune glace. La longueur des fractures peut varier de quelques mètres à de nombreux kilomètres.
Zone de fracture :
Zone où il y a un grand nombre de fractures. Les fractures sont subdivisées comme suit :
Fracture très étroite :
De 0 à 50 m de largeur.
Fracture étroite :
De 50 à 200 m de largeur.
Fracture moyenne :
De 200 à 500 m de largeur.
Fracture large :
Plus de 500 m de largeur.
Fissure :
Toute fracture dans une banquise côtière, une banquise consolidée ou un simple floe qui peut avoir donné lieu à une séparation variant entre quelques centimètres et 1 m.
Fissure de marée :
Fissure à la ligne de jonction entre un pied de glace ou un mur de glace et une banquise côtière, cette dernière étant soumise aux mouvements de marée.
Brèche de séparation :
Étroite zone de séparation entre la glace flottante et la banquise côtière où les morceaux de glace sont dans un état chaotique. La brèche de séparation se forme quand la banquise subit un cisaillement le long de la ligne de démarcation de la banquise côtière sous l'effet d'un vent ou d'un courant fort.
Chenal :
Toute fracture ou tout passage à travers la glace accessible aux navires de surface.
Chenal côtier :
Chenal entre la banquise et le rivage ou entre la banquise et une falaise de glace.
Chenal de séparation :
Passage entre la banquise et une banquise côtière accessible aux navires de surface.
Polynie :
Toute ouverture de forme non linéaire dans la glace. Les polynies peuvent contenir des sarrasins ou être couvertes de nouvelle glace, de nilas ou de jeune glace; les sous-mariniers les appellent des « claires-voies ».
Polynies récurrentes :
Polynies réapparaissant à la même position tous les ans.
Lisière des glaces :
Démarcation à un moment quelconque entre l'eau libre et n'importe quel type de glace de mer, de lac ou de rivière, qu'elle soit côtière ou dérivante. Cette lisière peut être compacte ou lâche.
Lisière serrée :
Lisière des glaces bien définie et serrée par le vent ou le courant, ordinairement du côté au vent d'une banquise.
Lisière lâche :
Lisière des glaces mal définie délimitant une région de glace dispersée, ordinairement du côté sous le vent d'une banquise.
Limite des glaces :
Terme de climatologie désignant la position extrême minimale ou maximale de la lisière des glaces pour un mois ou toute autre période. La limite est déterminée selon des observations sur un certain nombre d'années. Ce terme doit être précisé par l'emploi des termes « minimal » ou « maximal ».
Lisière de la banquise côtière :
Démarcation à un moment quelconque entre la banquise côtière et l'eau libre.
Zone de cisaillement :
Zone de contact entre la banquise côtière et la banquise où le mouvement et la pression provoquent souvent une zone de glace fortement tourmentée ou cassée et déformée.

g) Caractéristiques topographiques de la surface

Glace plane :
Glace qui n'a subi aucune déformation.
Glace déformée :
Terme général désignant des glaces qui ont été pressées les unes contre les autres et, de ce fait, soulevées ou enfoncées par endroits. Les subdivisions de ce type de glace sont : glace empilée, glace tourmentée et glace hummockée.
Glace empilée :
Type de déformation de la glace provoquée par un morceau de glace qui en chevauche un autre tout en demeurant à l'horizontale.
Glace imbriquée :
Type de glace empilée dans lequel les floes, en se chevauchant, forment sur leurs bords des avancées en forme de « doigts » qui s'imbriquent alternativement au-dessus ou en dessous d'autres floes. La glace imbriquée est fréquente dans le nilas et la glace grise.
Crête :
Ligne ou mur de glace brisée qui est soulevée par la pression. Une crête peut être récente ou érodée. Le volume submergé de la glace brisée poussée vers le bas par la pression au-dessous d'une crête est appelé « quille de glace », et la partie émergée de la glace d'une crête est appelée « voilure ».
Glace tourmentée :
Glace empilée au hasard, un fragment sur un autre, et formant des crêtes ou des murs. Elle se trouve habituellement dans la glace de première année.
Hummock :
Monticule de glace brisée qui a été soulevée par la pression. Un hummock peut être récent ou érodé. Le volume de la glace brisée qui s'est enfoncée sous l'effet de la pression et qui se trouve submergée sous l'hummock est appelé « bummock ». Les floes brisés y sont souvent consolidés et presque impossibles à enfoncer.
Glace hummockée :
Glace empilée au hasard, un fragment sur un autre, et formant une surface irrégulière. Lorsqu'elle est érodée, cette glace semble faite de monticules arrondis.

h) Processus de mouvement de la banquise

Formation de fractures :
Phénomène de pression par lequel la glace est soumise à une déformation permanente qui cause sa rupture. Ce terme sert généralement à décrire des cassures à travers une banquise très serrée, compacte ou consolidée.
Formation d'hummocks :
Phénomène de pression par lequel la glace est poussée à former des hummocks. Lorsque ce phénomène s'accompagne d'une rotation des floes, on dit qu'il y a « torsion ».
Formation de crêtes :
Phénomène de pression par lequel la glace est poussée à former des crêtes.
Chevauchement des glaces :
Phénomène de pression par lequel un fragment de glace monte sur un autre. Ce phénomène se produit surtout dans la nouvelle glace et la jeune glace.
Chevauchement avec imbrications :
Type de chevauchement dans lequel chaque floe forme sur ses bords des avancées en forme de « doigts » qui s'imbriquent alternativement au-dessus et au-dessous d'autres floes. Ce type de chevauchement est fréquent dans le nilas et la glace grise.
Érosion :
Phénomène d'ablation et d'accumulation qui fait peu à peu disparaître les irrégularités de la surface de la glace. Parfois appelée « paysage », l'érosion peut être plus marquée sur la vieille glace et servir à évaluer l'âge relatif des floes.
Divergence :
Champs de glace ou floes qui, à l'intérieur d'une zone donnée, sont soumis à des mouvements de divergence ou de dispersion qui réduisent la concentration des glaces ou diminuent les contraintes dans les glaces.
Tassement :
On dit que des morceaux de glace flottante sont soumis au tassement quand ils sont entraînés par un mouvement de convergence qui a pour effet d'augmenter la concentration de la glace ou de produire des contraintes pouvant causer des déformations de la glace.
Cisaillement :
Une zone de banquise est soumise au cisaillement lorsque le mouvement de la glace varie substantiellement dans la direction normale du mouvement, ce qui soumet la glace à des forces de rotation qui peuvent provoquer un phénomène comparable à celui de la brèche de séparation. Les floes actifs soumis à ces conditions peuvent aussi être décrits comme étant des « torsions » lorsqu'ils sont soumis à de fortes marées et à des turbulences.
Glace cassée et reformée :
Glace déformée constituée de morceaux de glace empilés de façon irrégulière sur le dessus d'une autre formation de glace, ou débris de glace coincés entre des floes à la suite d'une crête barométrique.

i) Glaces d'origine terrestre

Glace de glacier :
Glace faisant partie ou provenant d'un glacier, qu'elle soit sur terre ou qu'elle flotte dans la mer sous la forme d'un iceberg, d'un fragment d'iceberg, d'un bourguignon ou d'une île de glace.
Glacier :
Masse de neige et de glace se déplaçant constamment d'un niveau continental supérieur à un niveau inférieur ou s'étalant continuellement si elle flotte. Les principales formes de glacier sont les inlandsis, les plateaux de glace, les coulées de glace, les calottes glaciaires, les glaciers de piémont, les glaciers de cirque et les divers types de glaciers de montagne (ou de vallée).
Plateau de glace :
Glacier plat flottant, d'une épaisseur considérable, qui émerge de 2 à 50 m ou plus, et qui est fixé à la côte. Il est généralement très étendu et sa surface est plane ou légèrement ondulée. Il est alimenté par l'accumulation annuelle de neige et par l'avancée vers la mer des glaces terrestres. Certaines parties peuvent être échouées, et le bord qui fait face à la mer est appelé « falaise de glace ».

j) Formes et tailles de glace de glacier

Vêlage :
Séparation par rupture d'une masse de glace qui se détache ainsi d'un mur, d'une falaise de glace ou d'un iceberg.
Iceberg :
Importante masse détachée d'un glacier, de forme très variable, émergeant de plus de 5 m et qui peut être flottante ou échouée. Les icebergs peuvent être tabulaires, en dôme, pointus, biseautés, érodés ou en bloc, et ils peuvent être petits, moyens, gros ou très gros.
Iceberg tabulaire :
Iceberg à sommet plat dont la largeur est plus grande que la hauteur et qui présente le plus souvent des bandes horizontales correspondant aux couches de neige.
Iceberg en dôme :
Iceberg lisse et arrondi sur le dessus.
Iceberg pointu :
Iceberg dont le milieu forme une pointe ou une pyramide constituée d'une ou de plusieurs pointes.
Iceberg biseauté :
Iceberg plutôt plat sur le dessus et dont les parois verticales sont plus hautes à une extrémité qu'à l'autre.
Iceberg érodé :
Iceberg érodé de façon à former une fente en U au niveau de l'eau ou à proximité, avec deux colonnes ou pointes.
Iceberg en bloc :
Iceberg à dessus plat et aux parois verticales abruptes, et qui est généralement un fragment d'iceberg tabulaire.
Bourguignon :
Bloc de glace de glacier plus petit qu'un fragment d'iceberg, souvent transparent, mais paraissant vert ou presque noir; il émerge de moins de 1 m, possède une longueur de moins de 5 m et s'étend habituellement sur une superficie de 20 m2 environ.
Fragment d'iceberg :
Morceau de glace de glacier qui émerge généralement de 1 à moins de 5 m et qui mesure entre 5 et 15 m de long et normalement de 100 à 300 m2 de superficie.
Petit iceberg :
Morceau de glace de glacier qui émerge de 5 à 15 m et qui mesure de 15 à 60 m de long.
Iceberg moyen :
Morceau de glace de glacier qui émerge de 16 à 45 m et qui mesure de 61 à 120 m de long.
Gros iceberg :
Morceau de glace de glacier qui émerge de 46 à 75 m et mesure 121 à 200 m de long.
Très gros iceberg :
Morceau de glace de glacier qui émerge de plus de 75 m et qui mesure plus de 200 m de long.
Île de glace :
Grand morceau de glace flottante qui émerge d'environ 5 m et provient d'un plateau de glace arctique. Son épaisseur est de 30 à 50 m et sa superficie varie de quelques milliers de mètres carrés à plus de 500 km2. Sa surface se caractérise ordinairement par une ondulation régulière qui lui donne, vue d'avion, une apparence côtelée.

k) Concentrations et limites des icebergs

Limite de toutes les glaces connues :
Ligne de démarcation en tout temps entre les eaux contenant des icebergs ou de la glace de mer et les eaux libres de glace.
Limite maximale des icebergs :
Position maximale de la limite des icebergs fondée sur des observations portant sur un certain nombre d'années.

A.2 Terminologie de la navigation

Les définitions relatives à la navigation dans les glaces données ci-dessous expliquent le sens des termes utilisés dans le présent manuel :

Coincement :
Situation d'un navire entouré par les glaces et incapable de se déplacer.
Échos parasites :
Renvois du signal radar par une cible répartie (comme la surface de la mer ou la glace) qui peut masquer l'écho d'une cible ponctuelle (comme un iceberg, un fragment d'iceberg ou un bourguignon).
Éperonnage :
Tentative de briser la glace en poussant le navire en avant le plus loin possible à plusieurs reprises, en reculant et en répétant la manoeuvre.
Oreille antiglace :
Ouvrage en coin au-dessus du gouvernail qui protège celui-ci contre les glaces en marche arrière.
Planification stratégique :
Planification à petite échelle (grand secteur) dans l'hypothèse où le navire se trouverait en dehors d'eaux couvertes de glaces des jours ou des semaines avant de rencontrer des glaces.
Planification tactique :
Planification à grande échelle (petit secteur) et à court terme comportant une prise de décision dans des eaux couvertes de glaces.
Quille :
Partie submergée de glace brisée sous une crête et qui y a été enfoncée par la pression.
Renforcement antiglace :
Renforcement de la coque pour la navigation dans des eaux couvertes de glaces.
Tirant d'eau glaciel :
Tirant d'eau d'un navire qui peut tirer parti du renforcement antiglace de la structure de la coque.
Zone de renforcement antiglace :
Zone du navire renforcée pour supporter les poussées de glace à la ligne de flottaison en tirant d'eau glaciel.

A.3 Terminologie de la conception des navires

Les définitions relatives à la conception des navires données ci-dessous expliquent le sens des termes utilisés dans le présent manuel.

Angle de dévers :
Angle entre la verticale et la muraille du navire.
Angle de ligne d'eau :
Angle entre la tangente à un point quelconque d'une ligne d'eau et d'une ligne horizontale.
Angle de section longitudinale :
Angle entre la tangente à un point quelconque d'une section longitudinale de la coque et la ligne de flottaison.
Angle d'étrave :
Angle entre l'étrave du navire et la ligne de flottaison.
CA-CC :
Type d'appareil de transmission électrique où un alternateur (CA) entraîne un moteur à courant continu (CC) relié à l'hélice du navire.
CA-FFC-CA :
Type d'appareil de transmission électrique où un alternateur (CA) entraîne un moteur à courant continu (CC) relié à l'hélice du navire. Entre l'alternateur et le moteur, se trouve un stabilisateur toutes fréquences (FFC) qui contrôle les signaux de l'alternateur.
Caisson d'eau de mer :
Enceinte pratiquée à l'intérieur du bordé extérieur sous l'eau et qui s'ouvre sur la mer par une crépine amovible. Un robinet et des tuyaux reliés au caisson amènent l'eau de mer dans le navire à des fins de refroidissement, de lutte contre les incendies ou d'hygiène.
Déjettement :
Affaissement d'un couple contre le bordé de la muraille.
Ductile :
Qui peut être étiré, effilé et plié sans se rompre.
Effilement longitudinal :
Variation progressive de la forme de la coque sur la longueur du navire, de la partie large de l'avant à la partie étroite de l'arrière.
Forme droite (ou cylindrique) de la coque :
Partie de la coque d'un navire qui se caractérise par un bordé extérieur plat et qui ne change pas de forme sur une distance longitudinale.
Module :
Constante qui établit le rapport d'ordre de grandeur entre une force et son effet matériel.
Navire de cote arctique :
Navire conçu conformément aux exigences unifiées de l'Association Internationale des Sociétés de Classification (IACS) pour les navires de classe arctique.
Navire de type :
Catégorie de navires définie par le Règlement sur la prévention de la pollution des eaux arctiques par les navires. Ces navires sont uniquement conçus pour la navigation dans des eaux couvertes de glaces et ne sont nullement destinés à des opérations de déglaçage. Ils font partie de la catégorie des navires renforcés pour la navigation dans les glaces.
Oreille antiglace :
Ouvrage en coin au-dessus du gouvernail qui protège celui-ci contre les glaces en marche arrière.