2017

Perdus dans le froid

Retour sur le sauvetage effectué par le NGCC Des Groseilliers près de Pangnirtung, Nunavut

 
Équipe de sauvetage et Inuits secourus  — De G à D : Le pilote d’hélicoptère Guillaume Carpentier, la  spécialiste en sauvetage Maude Perreault, Simeonic Naujuq,  Jolly Maniapik, la spécialiste en sauvetage Carole Cantin. À l’avant,  le marin Louis Bradette.Équipe de sauvetage et Inuits secourus — De G à D : Le pilote d’hélicoptère Guillaume Carpentier, la spécialiste en sauvetage Maude Perreault, Simeonic Naujuq, Jolly Maniapik, la spécialiste en sauvetage Carole Cantin. À l’avant, le marin Louis Bradette.
 
 

Au début de la soirée du 23 septembre 2015, le NGCC Des Groseilliers était ancré près de Pangnirtung en attente d’une mission de déglaçage lorsqu’il a reçu l’ordre du Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage (CCCOS) de Halifax de participer à la mission de recherche et de sauvetage de deux chasseurs de la communauté de Pangnirtung qui manquaient à l’appel. Comme le jour baissait, le navire a rapidement déployé son hélicoptère GC 358 afin de lancer les recherches pour retrouver les deux chasseurs, en fonction des renseignements fournis par le centre de coordination des opérations de sauvetage. La nuit tombant, l’hélicoptère est retourné au navire pour la nuit, après avoir cherché pendant deux heures. Les recherches reprendraient le lendemain.

Le 24 septembre, dès les premières lueurs du jour, l’hélicoptère Hercules des Forces canadiennes a fourni des coordonnées plus précises et le NGCC Des Groseilliers s’est approché le plus possible et a de nouveau déployé le GC 358. En moins d’une demi-heure, l’hélicoptère avait secouru les chasseurs et les avait ramenés à bord du NGCC Des Groseilliers, qui a repris la route vers Pangnirtung.

Près de sept heures plus tard, Simeonic Naujuq et Jolly Maniapik étaient de retour dans leur communauté arctique où ils ont été accueillis avec soulagement par leurs amis et parents.

Le commandant du NGCC Des Groseilliers, le capitaine Michel Dufresne, et son équipage ont été invités à une petite réception le lendemain, 25 septembre 2015, afin de rencontrer les membres de la communauté de Pangnirtung après le sauvetage de MM. Simeonic Naujuq et Jolly Maniapik.

Voici un résumé de l’incident et des réflexions du capitaine Dufresne après l’incident :

Après le sauvetage des deux chasseurs, les habitants de la collectivité de Pangnirtung nous ont invités à une réception pour remercier officiellement la GCC. Je m’attendais à ce qu’il y ait beaucoup de monde, mais je ne pensais pas que les chefs du village en feraient un événement aussi formel. Il devait y avoir plus de 200 personnes dans la salle, en plus des 25 membres d’équipage du navire.

Plusieurs personnes sont venues nous remercier et nous faire part de leur gratitude dont Johnny Mike, le représentant du gouvernement du Nunavut à Pangnirtung, le maire du village et le représentant de la Garde côtière auxiliaire pour Pangnirtung.

 
CCGS Des Groseilliers Captain Michel Dufresne presents the CCG crew members directly involved in the rescue of Jolly and Simeonic. Le capitaine du NGCC Des Groseilliers, Michel Dufresne, présente les membres de l’équipage du NGCC qui ont participé directement au sauvetage de MM. Simeonic Naujuq et Jolly Maniapik.
 
 

J’ai eu l’occasion de prendre la parole et j’en ai profité pour exprimer, en mon nom et celui des membres de notre équipage, notre respect pour leur capacité à survivre dans des conditions comme celles qu’avaient endurées MM. Simeonic Naujuq et Jolly Maniapik. L’un des commentaires que nous avons entendus souvent était que si l’un des membres de notre équipage avait été confronté à une situation similaire, il n’aurait pas pu s’en sortir aussi bien que ces deux hommes, qui ont passé deux jours dans le froid et l’humidité avec des vêtements inappropriés et sans nourriture.

J’ai aussi dit à ces deux personnes à quel point j’étais heureux de les voir réunis avec leurs familles. Voir M. Jolly Maniapik tenir l’un de ses plus jeunes enfants dans ses bras est une récompense inestimable. J’ai également exprimé mon respect pour la solidarité exceptionnelle des gens du village.

Enfin, j’ai remercié de tout cœur mon équipage. C’est grâce à eux que ce sauvetage a été couronné de succès.

Des cadeaux ont été échangés, y compris une magnifique reproduction de la déesse Sedna, que je ferai encadrer pour l’accrocher en évidence dans le navire.

Je sers au sein de la Garde côtière canadienne depuis déjà plus de 30 ans et j’en suis à mon 20e voyage dans l’Arctique. Le village de Pangnirtung m’a marqué à jamais — par la beauté de ses paysages, et par celle, encore plus éblouissante, de ses habitants.

L to R : Simeonic Naujuq, Captain Michel Dufresne, Jolly Maniapik and son.De G à D : Simeonic Naujuq, capitaine Michel Dufresne, Jolly Maniapik et son fils.